La banquise arctique a perdu 40cm en 40 ans autour de Hopen

Publié le par Adriana Evangelizt

Tout est en train de se mettre en place doucement mais sûrement. Et encore le mot "doucement" n'est même plus de rigueur car tout va très vite en fait. Et vous allez voir que cette année le catastrophisme va aller en s'accélérant. Mine de rien, l'horloge de la planète poursuit sa course en toute tranquillité et place ses pions en liaison étroite avec son mari le Soleil. Disons les choses joliment. Déjà, il ne se passe pas trois jours sans qu'il y ait un séisme dans le monde,  quelquefois, il y en a trois dans la même journée comme nous l'avons vu récemment. Plus de trente volcans sont en recrudescence d'activité sismique dans le monde, voyez ICI. La fonte des glaciers entraîne des inondations et les perturbations atmosphériques vont aller crescendo. Le coeur de la planète est en plein chamboulement. Un peu comme une cocotte-minute qui est prête à exploser. L'activité des volcans prouve d'ailleurs ce fait. Les tremblements de terre ne sont que le résultat de l'activité souterraine. Et pendant ce temps, ce que l'on appelle les grands de ce monde parlent fric, guerre, nucléaire, on en passe et des meilleures. Les peuples sont opprimés, eréintés, bombardés pour certains. Aucun répit pour l'Humanité alors que le compte à rebours est vraiment commencé. Et si on les renversait tous pour vivre enfin en paix, en attendant...? 



La banquise arctique a perdu 40cm en 40 ans autour de Hopen

 



La banquise hivernale autour d'une île située bien au nord de la Norvège a vu son épaisseur diminuer de plus de 40 cm en une quarantaine d'années.
L'Institut polaire norvégien indique que la banquise autour de l'île de Hopen, située au sud-est de l'archipel des Svalbard, fait moins d'un mètre d'épaisseur désormais l'hiver, d'après cette étude, présentée comme la première à long terme sur l'épaisseur de la glace en mer de Barents.

 

Depuis l'an 2000, nulle part les scientifiques n'ont observé une épaisseur de glace supérieure à un mètre dans le secteur de Hopen, île d'une trentaine de kilomètres de long qui abrite des ours polaire, a déclaré l'institut. La banquise se forme d'ordinaire tard durant l'automne et atteint son maximum vers le mois de mai, avant de diminuer de nouveau.

La superficie de la banquise a diminué dans des proportions records en septembre 2005, à la fin de l'été boréal.

Selon le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), les températures de l'Arctique augmentent actuellement plus rapidement que sur la majeure partie du reste de la planète.

Alister Doyle, version française Eric Faye

Sources L'Express

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Arctique-Antarctique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article