Le réchauffement climatique viendrait-il du cosmos?

Publié le par Adriana Evangelizt

Heureusement, il y en  a quand même qui y voient clair mais le problème c'est qu'ils ne sont pas écoutés...




Le réchauffement climatique viendrait-il du cosmos?


par Jean-Charles Condo



De nos jours, il semble évident que le lien entre les émissions de gaz à effet de serre et le réchauffement planétaire ne soit plus à démontrer. Pourtant, certains scientifiques «sceptiques» ont cherché d'autres coupables potentiels; c'est le cas de Henrik Svensmark, dont l'hypothèse d'un réchauffement planétaire qui viendrait du cosmos vient d'être testée par deux physiciens britanniques.

Le scientifique danois Henrik Svensmark a avancé l'hypothèse controversée voulant que le réchauffement climatique ne soit pas lié à l'activité humaine, mais plutôt à des variations dans le rayonnement cosmique reçu sur Terre, c'est-à-dire un flux de particules chargées et d'énergie présent dans tout l'univers (détails sur Wkipedia).

Lorsque les vents solaires (constitués de particules électriquement chargées) sont plus intenses, soutient Henrik Svensmark, les rayons cosmiques seraient déviés et moins parviendraient à la surface de la Terre, entraînant la formation d'une moindre quantité de nuages. Toujours selon Henrik Svensmark, cette diminution des nuages laisserait passer davantage d'énergie provenant du soleil et réchaufferait ainsi la planète.

L'an dernier, la diffusion d'un documentaire britannique (The Great Global Warming Swindle) présentant les thèses de Svensmark avait fait sensation dans l'opinion publique. Deux physiciens - Terry Sloan, de l'Université de Lancaster, et Arnold Wolfendale, de l'université de Durham - se sont donc penchés sur l'hypothèse: «C'est extrêmement important car, si les sceptiques ont raison, cela voudrait dire que nous perdons notre temps à réduire les émissions de gaz à effet de serre.»

Pour tester l'hypothèse de Svensmark sur l'éventuel impact des rayons cosmiques, Sloan et Wolfendale ont examiné la formation des nuages de basse altitude dans des zones dont on connaissait le taux de rayonnement cosmique. Les physiciens n'ont pas trouvé de lien significatif entre ceux deux facteurs et concluent que le rayonnement cosmique ne joue pas un rôle déterminant dans le réchauffement climatique.

«Nous n'avons pas trouvé le lien qu'on nous proposait, ce qui signifie que nous avons raison de réduire les émissions de carbone», conclut le physicien Terry Sloan dans le communiqué de l'Université de Lancaster. Les résultats de cette étude ont été publiés dans l'article Testing the proposed causal link between cosmic rays and cloud cover de la revue Environmental Research Letters.

Sources
Science Branchez vous com

Posté par Adriana Evangelizt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article