Tremblement de terre en Turquie

Publié le par Adriana Evangelizt



Tremblement de terre en Turquie


La Directrice de l’institut sismologique de Kandili à Istanbul, Mme Gülay Altay a déclaré jeudi que le risque d’un séisme dans la région de Marmara, (nord-ouest du pays), était fort élevé.

Mme Altay a signalé un mouvement de faille au nord, au sud de la mer de Marmara, (nord-ouest) et dans le golfe de Saros, (au nord de la péninsule de Gelibolu, (Gallipoli) au nord-ouest de Marmara). "Il y aura en Turquie des séismes de magnitudes 5 et 6 sur l’échelle ouverte de Richter" a-t-elle averti et appelé "les spécialistes à ne pas minimiser le risque".

Le 17 août 1999, un énorme tremblement de terre, de magnitude 7.4 sur l’échelle de Richter, a secoué le nord-ouest de la Turquie, de Bolu jusqu’aux faubourgs d’Istanbul. L’épicentre exact de ce séisme a été localisé à proximité de la ville d’Izmit, (même région). Les secousses ont détruit et endommagé des milliers d’habitations et d’infrastructures, 27.000 personnes sont mortes et des centaines de milliers de personnes se sont retrouvées sans abri.

Le 12 novembre, un second tremblement de terre a eu lieu, (magnitude 7.2) et a touché principalement la ville de Düzce (nord-ouest). Ce second séisme a fait plus de 700 morts et laissé quelques 2.000 sans-abris.

Ces deux séismes meurtriers ont suscité l’intérêt de la communauté scientifique. La probabilité d’occurence d’un séisme destructeur au voisinage immédiat de la mégalopole d’Istanbul ou à Istanbul même, semble plus forte qu’auparavant.

La faille Nord-anatolienne, longue de plus de 1.000 km, est l’une des zones sismiques les plus énergétiques au monde.

La Turquie est située sur une microplaque tectonique, la plaque anatolienne, qui est poussée vers l’ouest par les plaques eurasienne et arabique. La faille nord-anatolienne est une une faille coulissante, correspondant au glissement latéral, au rythme d’1 à 20 cm par an, entre la plaque eurasienne et la plaque anatolienne. La faille Nord-anatolienne traverse le nord de la Turquie d’Est en Ouest, passant à 20 km seulement au sud d’Istanbul.

A la différence de la faille de San Andreas, dont la distribution spatiale des ruptures au cours du temps est assez aléatoire, la faille nord-anatolienne se caractérise par d’étonnantes séquences de ruptures.

Sources
Nouvelles d'Arménie

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Catastrophes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article