Le séisme alimente la colère des Chinois contre la corruption

Publié le par Adriana Evangelizt

Pauvres Chinois. Et le mot n'est pas de trop pour dire l'exploitation de ce Peuple. Il faut imaginer un peu comment ils vivent sous ce régime autoritaire où le contrôle est à son maximum. Il est à son maximum mais apparemment pas pour les corrompus qui s'enrichissent au détriment des Chinois. Ils ont fait construire des écoles avec le minimum se mettant dans la poche un maximum d'argent. S'il est un Peuple qui mérite de se libérer, c'est bien celui-là. Imaginez la vague gigantesque que cela représenterait pour le monde. Comme nous le disions ICI, dans tous les pays du monde, les élites ont peur de cela. Ils savent très bien que la colère gronde et qu'à force d'injustices, la Rébellion est proche. L'exploitation de l'Humanité pour enrichir quelques satrapes touche à sa fin. Tout va se déclencher en même temps. La troisième guerre mondiale, la Révolte planétaire des peuples et les catastrophes sur tout notre globe. La fin de l'ère des Poissons va s'effectuer dans un chaos total. Ceci dit, il faut bien savoir, qu'il s'est passé exactement la même chose voilà bientôt 12 960 ans. Demandez vous pourquoi on retrouve les vestiges de grandes civilisations sans savoir ce qu'elles sont devenues ? Demandez vous pourquoi on a retrouvé des montagnes de cadavres tant chez les Mayas que chez les Incas ou les Chichimèques appelés faussement Aztèques. La répression était aussi terrible chez ces peuples. D'autant qu'une chose est constamment passée sous silence, c'est que les rois de ces civilisations faisaient beaucoup de sacrifices humains. On dit souvent qu'ils sacrifiaient les ennemis capturés, certes, il y en avait. Mais ils sacrifiaient surtout les individus de leurs propres peuples. Il ne faut pas croire que ces civilisations là étaient humaines. Y compris chez les Egyptiens. C'était des gens cruels et sans pitié. Avec des moeurs barbares. On ne compte plus le nombre de victimes sacrifiées à la Divinité. Où pour influer sur le cours du temps ou des saisons.





Le séisme alimente la colère des Chinois contre la corruption


YINGXIU, Chine — Les frustrations et la colère se déchaînent après le tremblement de terre du Sichuan. La population chinoise, qui dispose de plus d'espace pour s'exprimer qu'à l'habitude, s'en prend surtout à un des maux récurrents du pays, la corruption des officiels locaux.

Dans ce régime autoritairela société vit sous contrôle, la contestation est rapidement étouffée et la population a accumulé d'innombrables rancoeurs contre des officiels locaux considérés comme corrompus, indifférents et incompétents. L'ampleur de la catastrophe, avec ses cinq millions de sans-abri et son bilan probable de 80.000 morts, a ouvert les vannes.

Dans une des rares expressions de colère publique capturées en vidéo, des centaines d'habitants de Deyang ont manifesté la semaine dernière devant un magasin où ils soupçonnaient un responsable d'avoir entreposé dix caisses d'aide humanitaire. Les images qu'Associated Press Television News (APTN) a pu se procurer montrent en particulier deux jeunes hommes s'en prenant à un véhicule de police, retourné par la foule.

L'agence de presse officielle Chine nouvelle n'a pas mentionné cette manifestation mais a annoncé l'arrestation à Deyang d'un responsable local soupçonné de détournement de l'aide destinée aux victimes du séisme du 12 mai.

Le gouvernement est sensible au sujet: la Commission centrale pour l'inspection de la discipline, principal organe anti-corruption du parti communiste, vient de promettre des "peines rapides, exemplaires et sévères" pour tout responsable pris la main dans le sac, ajoute Chine nouvelle.

Dans une autre affaire, un quotidien rapporte une manifestation d'environ 500 personnes dans un quartier chic de Chengdu, capitale du Sichuan: plusieurs personnes y jouaient au mahjong sous une tente normalement destinée aux rescapés et obtenue "par relations". "Nous sommes furieux, étonnés et tristes", a déclaré à la presse Li Chengyun, gouverneur adjoint du Sichuan. "Nous punirons sérieusement ces violations et nous réjouissons du rôle de surveillance de la presse, car ces pratiques sont méprisables."

Interrogé par une chaîne télévisée de Hong Kong sur les cas de corruption liés au séisme, le Premier ministre Wen Jiabao a estimé que "cette tâche est un test pour notre capacité administrative, ainsi que notre capacité à gagner la confiance de la population".

Le gouvernement chinois, salué pour sa réponse rapide et efficace juste après la pire catastrophe qu'ait connu le pays sur une génération, veut protéger cette bonne image. L'attitude du Premier ministre notamment a conquis les Chinois: il se trouvait sur le terrain quelques heures à peine après le drame, venu soutenir les rescapés en leur demandant de l'appeler "Grand-père Wen".

"La confiance de la population dans le gouvernement vient tout juste de s'améliorer, et les gens comptent beaucoup sur lui", estime Ai Xiaoming, universitaire à Canton (sud). Mais cette confiance retrouvée envers les dirigeants du pays ne s'étend pas aux responsables locaux du Parti communiste.

Dans les ruines des écoles, des parents ont manifesté et ramassé les débris, comme preuve d'une construction défaillante. Car la question la plus sensible est celle du nombre impressionnant d'écoles (près de 7.000) qui se sont effondrées dans le séisme. Déjà, on a promis des enquêtes sur la corruption éventelle liée à leur construction. "Je crois que les gens ne renonceront pas si facilement à poser des questions. Et c'est une bonne chose, car cela permettra d'éviter ou de limiter le même genre de situations à l'avenir", estime M. Ai.

A Xiushui, Yu Jun, un paysan de 44 ans, se met en colère: "les responsables locax sont corrompus. Les premiers jours après le séisme, ils ne sont jamais venus voir ce qui se passait. Les gens sont allés les chercher, ils étaient introuvables".

Non loin de là, l'ouvrier Zhao Shiming, 50 ans, contemple les ruines de sa maison. "Le gouvernement va devoir me donner de l'argent pour la reconstruire. Mais je n'ai pas confiance dans les responsables locaux. Ils se mettront l'argent dans la poche, le dépenseront en banquets somptueux. Ils ne pensent qu'à eux".

Sources
Presse Canadienne

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Esclavage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article