Liban: des habitants du sud campent en plein air par crainte d'un séisme

Publié le par Adriana Evangelizt



Liban: des habitants du sud campent en plein air par crainte d'un séisme



SRIFA (Liban) - Plusieurs familles d'une localité du sud du Liban campent en plein air depuis plusieurs jours, voire des semaines, par crainte d'un séisme de grande magnitude.

Près de 300 personnes passent actuellement la nuit dans 40 tentes, a dit mardi à l'AFP Ali Eid, maire de Srifa, une localité de 6.000 habitants à l'est de la ville côtière de Tyr. "Nous allons recevoir 60 tentes supplémentaires", a-t-il ajouté.

Lundi, le Centre national de recherches scientifiques (CNRS) au Liban a averti que le sud du Liban risque de connaître prochainement un séisme qui occasionnerait d'importants dégâts en raison de l'intensification de l'activité sismique dans cette zone.

En Israël, les hôpitaux ont été appelés à faire face aux effets d'un éventuel séisme dévastateur dans le nord du pays.

Les habitants ont dressé des tentes sur des terrains proches de chez eux, profitant notamment du réseau électrique de leurs maisons. Des tentes ont également été aménagées pour faire office de cuisine.

Khodr Jaber, agriculteur et père de sept enfants, affirme à l'AFP qu'il campe depuis un mois avec sa famille car les multiples secousses ressenties cette année ont lézardé les murs de sa maison.

"J'ai déjà perdu cinq membres de ma famille pendant la guerre de 2006 (entre l'Etat hébreu et le mouvement chiite Hezbollah), lorsque Israël a bombardé ma maison. Je ne veux pas perdre le reste de ma famille dans un séisme. Ici, je me sens en sécurité", dit-il.

Le secrétaire général du CNRS, Mouïn Hamzé, a affirmé lundi à l'AFP que "depuis le 12 février, nous sommes en pleine crise sismique dans les régions de Tyr et de Nabatiyeh (sud), où ont été enregistrés 800 événements sismiques, d'une magnitude variant entre 2,3 et 5,1 degrés sur l'échelle de Richter".

Selon M. Eid, 353 maisons ont été endommagées jusqu'à présent notamment par des fissures dans les murs et les toits.

Le président de l'Union des municipalités de la région de Tyr, Abdel Mohsen al-Husseini, a déclaré à l'AFP que les organismes de secours avaient été alertés il y a deux jours. Il a réclamé une cellule d'urgence à Tyr en guise de prévention.

"Nous sommes en contact quotidien avec la Force des Nations unies au Liban (FINUL), notamment avec les contingents italien et coréen présents dans la région de Tyr en cas de secousse de grande magnitude et de panique chez les habitants", a-t-il ajouté.

Le Liban se situe sur un réseau de failles qui se prolongent jusqu'en Israël et en Syrie.

Sources
Romandie News

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Catastrophes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article