Immigration: deux enfants morts parmi 400 clandestins nigérians arrivés en Italie

Publié le par Adriana Evangelizt

Et ce n'est malheureusement que le début car l'immigration va aller crescendo. Les immigrés ne quittent pas leur pays de gaieté de coeur. S'ils le font, c'est que là où ils vivent, c'est l'enfer.



Immigration: deux enfants morts parmi 400 clandestins nigérians arrivés en Italie



Deux jeunes enfants de deux et quatre ans originaires du Nigéria sont morts durant la traversée vers l'Italie d'une barque transportant 75 immigrés clandestins, a rapporté samedi l'agence Ansa.

Les corps des deux enfants ont été jetés à la mer, a raconté leur père à l'équipage de la vedette italienne venue porter secours aux clandestins.

L'embarcation, un gros canot pneumatique transportant 75 passagers, a été secourue samedi par les garde-côtes italiens au sud de l'île de Lampedusa, dans le canal de Sicile.

Par ailleurs, plus de 130 clandestins ont débarqué samedi matin de plusieurs embarcations sur les côtes ouest de la Sardaigne, et trois autres barques ont été repérées au large de l'île par un hélicoptère de la garde des finances.

Les arrivants ont été transférés au centre de premier accueil aménagé sur l'aire de l'aéroport de Cagliari-Elmas.

Par ailleurs 357 immigrants effectuant la traversée du détroit de Sicile sur quatre embarcations différentes ont été interceptés au large de Lampedusa ou ont débarqué par leurs propres moyens samedi.

Vendredi, le conseil des ministres a étendu à l'ensemble du territoire italien la déclaration d'état d'urgence due à "l'afflux persistant et exceptionnel de citoyens extracommunautaires".

Cette mesure destinée selon le gouvernement à "intensifier les actions permettant de combattre et gérer le phénomène" de l'immigration clandestine avait déjà été prise en 2002, puis limitée en janvier 2008 à trois régions du sud de l'Italie.

Le ministre de l'Intérieur Roberto Maroni a fait valoir que l'état d'urgence permettra de "renforcer l'assistance aux clandestins et de les accueillir dans toutes les régions dans des bâtiments en dur".

Selon M. Maroni les autorités ont dénombré l'arrivée de 10.611 clandestins au cours des six premiers mois de 2008, contre 5.378 de janvier à juin 2007.

Pour faire face à la situation, le ministère de l'Intérieur a ouvert depuis janvier six centres provisoires dans des hôpitaux, des auberges ou des bâtiments publics.

Ajoutés aux dix "centres d'identification et d'expulsion" (CEI) déjà existants, ils accueillaient vendredi 7.359 personnes, selon le ministère.

Celui-ci veut doubler le nombre de CEI pour en doter chaque région de l'Italie.

Cette mesure risque d'être rapidement insuffisante en cas d'adoption par le parlement du projet de faire passer à 18 mois (au lieu de 60 jours actuellement) le temps maximum de rétention de clandestins.

L'extension de "l'état d'urgence clandestins" a provoqué une levée de boucliers dans l'opposition qui a accusé le gouvernement de Silvio Berlusconi de chercher à provoquer un climat de peur dans le pays.

"C'est un climat d'Etat policier", a estimé Rosy Bindi (parti démocrate), vice-présidente de la Chambre de députés.

Par ailleurs un représentant du Vatican, Mgr Agostino Marchetto, secrétaire du conseil pontifical pour les migrants, a insisté samedi pour que soit respecté "l'équilibre entre accueil et sécurité".

Même en situation d'urgence "les droits humains doivent être respectés", a souligné le prélat dans un communiqué.

Le ministre de l'Intérieur doit défendre sa mesure mardi devant les députés.

 Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Esclavage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article