L'enfant retrouvé mort à Lagnieu tué à l'arme blanche

Publié le par Adriana Evangelizt

Encore un enfant sacrifié. Je serai la police, j'interrogerais assez profondément le concubin. C'est la première idée qui me vient à l'esprit en lisant l'article. Il a, de toute façon, été tué par un adulte vu les traces de main sur la paroi en bois. L'enfant s'est forcément débattu, le type a dû perdre l'équilibre à un moment et il s'est appuyé contre la porte d'une main -la gauche. Il y a forcément des traces d'ADN que la police a relevé.







L'enfant retrouvé mort à Lagnieu tué à l'arme blanche


Le garçon de 11 ans, retrouvé mort lundi vers minuit dans une rue de Lagnieu près de la maison où il séjournait pour les vacances, a reçu une quarantaine de coups à l'arme blanche dont un coup fatal au thorax, selon les premiers résultats de l'autopsie.

 L'enfant "a reçu de nombreuses plaies à l'arme blanche et est décédé d'une plaie" au thorax, a indiqué mardi soir le procureur de la République de Bourg-en-Bresse? Jean-Paul Gandolière, au sortir de l'examen pratiqué à l'hôpital de Belley (Ain).

"Trois plaies sont profondes de plus de 10 centimètres", a précisé le magistrat qui avait fait état un peu plus tôt d'une quarantaine de plaies à l'arme blanche constatées sur le corps de l'enfant.

"C'est la thèse criminelle qui est maintenant suivie", a-t-il ajouté.

Le procureur avait indiqué en fin d'après-midi que l'enfant n'était pas décédé tout de suite, "puisqu'il a franchi une quinzaine de mètres" avant de mourir, et qu'il avait reçu en outre une dizaine de coups aux bras et aux mains en tentant de se défendre contre son agresseur.

Le petit Valentin, qui séjournait chez le nouveau concubin de sa mère, faisait du vélo lundi soir dans une rue peu passante devant le domicile de ce dernier, lorsque celui-ci s'est aperçu de son absence et s'est mis à sa recherche avec des membres de sa famille, a indiqué la gendarmerie.

Ils ont retrouvé le corps de l'enfant vers minuit, sur le bas côté de cette petite rue étroite, à une cinquantaine de mètres de leur maison, dans le centre de Lagnieu, une ville de 6.000 habitants à 50 km au nord-est de Lyon.

L'enfant présentait des blessures sur le haut du corps, identifiées dans un premier temps par un médecin du Samu comme étant des morsures de chien.

L'enquête avait d'abord privilégié l'hypothèse de l'agression d'un chien errant et/ou d'une chute de vélo, avant qu'un premier examen d'un médecin légiste n'établisse que les blessures évoquaient "plutôt des coups portés avec un objet tranchant".

Aucun témoin n'a assisté à la scène du drame. "On a entendu ni chien, ni voiture et pourtant ça s'est passé à 5 ou 10 mètres de chez nous", a raconté à l'AFP un voisin, Philippe Arrachart, précisant que l'éclairage public de la rue ne fonctionnait pas lundi soir.

Les parents de l'enfant vivent à Porcieu (Isère) et se trouvent en instance de séparation.

Ils ont été entendus dans la journée de mardi puis relâchés, a indiqué à l'AFP le commandant de gendarmerie Dominique Falzon, ajoutant qu'aucune garde à vue n'était en cours et que les auditions reprendraient à l'issue des résultats complets de l'autopsie.

L'enfant était logé chez "un ami de la mère, dans un contexte familial qui ne semblait pas difficile", a précisé M. Gandolière.

De nombreux habitants de Lagnieu étaient mardi en état de choc. "J'ai déjà vu certains de mes administrés, qui sont émus ou choqués, mais il faut rester calme pour respecter la mémoire de cet enfant et laisser travailler les enquêteurs", a déclaré à l'AFP le maire de la petite ville, André Moingeon.

La direction de l'enquête a été confiée à la section de recherche de la gendarmerie de Lyon, qui a mobilisé une cinquantaine de militaires.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt  

 

Publié dans Deliquescence Humaine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article