Une majorité d'officiels américains de la santé considère le changement climatique comme une menace imminente

Publié le par Adriana Evangelizt



Une majorité d'officiels américains de la santé considère le changement climatique comme une menace imminente


 WASHINGTON, 30 juillet (Xinhua) -- Une majorité de directeurs du département américain de la santé pense que leur pays connaîtra de sérieux problèmes de santé publique en raison du changement  climatique dans les 20 prochaines années, selon les résultats d'  une nouvelle étude publiée mardi par l'université George Mason. 

     Cependant, très peu d'entre eux envisagent ou ont mis en place des activités pour détecter, empêcher ou s'adapter à ces menaces  de santé, indique cette étude. 

     « Nos recherches montrent que la plupart, si ce n'est tous, des départements de santé vont demander de l'assistance pour faire de  l'adaptation et de la prévention au changement climatique une  priorité et pour mener des actions maintenant pour faire en sorte  que le changement climatique ne devienne pas une menace mondiale  croissante, » a déclaré le chercheur qui dirige l'étude, Edward  Maibach. 

     Cette étude, qui sera publiée cette semaine, révèle que la  plupart des directeurs du département de santé pense que des  menaces comme des vagues de chaleur ou des maladies liées à la  chaleur, la baisse de la qualité de l'air et de l'eau, deviendront de plus en plus communes voire graves en raison du changement  climatique. 

     L'étude suggère également que plusieurs facteurs clés  pourraient contribuer au manque de préparation du département de  santé. La plupart des interrogés pense que le personnel de leur  service de santé en sait peu sur le changement climatique, qu'il  existe peu d'aide de la part des responsables de santé au niveau  étatique et fédéral et qu'il faut davantage de financement de  formation pour répondre efficacement au changement climatique.

Sources
Xinhuanet

Posté par Adriana Evangelizt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article