Refroidissement planétaire ? Tempête de grêle sans précédent au Kenya

Publié le par Adriana Evangelizt



Refroidissement planétaire ? Tempête de grêle sans précédent au Kenya


Le WWF nous assure que le CO2 provoque le réchauffement et le refroidissement planétaire

Prison Planet, Paul Joseph Watson, 4 septembre 2008

​​​Les signes montrant que la planète avance sur la pointe des pieds vers le début d'un nouvel mini-âge glaciaire continuent à se présenter avec les tempêtes de grêle sans précédent au Kenya ainsi que les plus grand froids depuis 60 ans endurés en août à Sydney. Mais ne vous inquiétez pas car, selon le World Wildlife Fund, le refroidissement planétaire comme le réchauffement planétaire sont imputables aux émissions de CO2.

​​​La vague de froid arrive sur le fond d'un événement solaire important observé pour la première fois depuis près de 100 ans : le mois d'août s'est passé entièrement sans que l'on observe une seule tache solaire.

L'absence d'activité solaire en 2008 s'accorde à la preuve de la tendance au refroidissement planétaire.

​​​Au début de cette année, la Chine subissait son
hiver le plus froid en 100 ans, tandis que l'Amérique du Nord essuyait un niveau de neige record et que la Grande-Bretagne endurait son moi d'avril le plus froid depuis des décennies, la floraison tardive des jonquilles étant pilonnée par la grêle et la neige pratiquement chaque jour. L'été britannique a aussi fait abandonner de nombreux rêves sur le fameux réchauffement climatique, avec les températures de juin et juillet atteignant rarement plus de 16 degrés et chutant même une fois jusqu'à 9 degrés en milieu d'après-midi.

​​​« De brefs accès de chaleur estivale poursuivent la tendance ayant dominé une grande partie de la décennie du début du 21ème siècle, »
rapporte le Chicago Tribune. « Il y a eu seulement 162 jours au dessus de 90 degrés (32,2°C) à l'aéroport de Midway durant la période couvrant 2000 à 2008. Là-bas, dans les enregistrements depuis 1930, c'est le nombre de jours au-dessus de 90 degrés de loin le plus bas dans les neuf ans débutant toute décennie. »

Selon un
rapport d'Associated Press, maintenant l'Almanach des Agriculteurs prévoit aussi « des températures en-dessous de la moyenne dans la majorité des États-Unis. » La publication se vante d'un taux de 85 pour cent de réalisation de ses prévisions, qui sont données deux ans à l'avance.

​​​
Selon un rapport du mois dernier de l'Organisation Météorologique Mondiale, le premier semestre de 2008 a été la plus froid depuis au moins cinq ans, ajoutant qu'il pourrait être en réalité le plus froid depuis 2000.

​​​
Dans l'intervalle, la glace arctique s'étendait de 30 pour cent depuis cette époque l'an dernier, pendant que les scientifiques respectés prédisaient un nouvel mini-âge glaciaire dans les 10 ans.

​​​Prolongeant la tendance, certaines parties du Kenya, ont justement connu des tempêtes de verglas sans précédent, après que 4 pouces (10 cm) d'épaisseur de grêle aient recouvert le sol.

​​​« Les habitants d'un village du centre du Kenya ont été choqués de voir une couverture de grêle semblable à de la neige couvrant leurs terres, »
rapporte la BBC.

​​​« Je n'ai jamais vu une chose pareille depuis que je suis né, » a déclaré un habitant de Nyahururu.

​​​Les tempêtes de grêle ne sont pas inconnues dans l'ouest du Kenya, mais normalement la grêle fond tout de suite à cause de la températures élevée du terrain. Pas cette fois-ci, et les Kenyans ont tenu à tirer avantage de cet événement rare, prenant plaisir en de
nombreuses occasions de photos.

​​​Pendant ce temps-là, à Sydney les Australiens parlent du «
grand coup de froid » : le mois d'août le plus froid depuis plus de 60 ans à Sydney.

​​​Qui est donc responsable de la soudaine vague de froid qui touche de nombreuses parties du globe ? La diminution rapide de l'activité solaire, un événement qui a toujours précédé des périodes similaires de mini-âge glaciaire dans l'histoire ?

​​​Non, selon le World Wildlife Fund,
qui accuse l'homme d'avoir provoqué la vague de froid avec les émissions de CO2.

​​​C'est ça. Au cas où vous ne seriez pas au courant des nouvelles explications fourre-tout du changement climatique, le CO2 provoque à présent le réchauffement aussi bien que le refroidissement planétaire.

​​​Tout événement météorologique quel qu'il soit : chutes de pluie, orages, ouragans, typhons ou tremblements de terre, est provoqué par les émissions de CO2.

​​​Mais ne vous inquiétez pas car les experts ont la solution qui peut nous sauver tous du réchauffement planétaire, du refroidissement, ou de tout ce que le temps arrive à fabriquer à un moment donné. 

A un coût d'environ 100 milliards de dollars par an pour le contribuable,
dans le cadre d'un programme de « géo-ingénierie, » le monde scientifique propose de construire une flotte de vaisseaux spatiaux qui sera envoyée au-dessus de l'atmosphère terrestre, pour couvrir la moitié du diamètre de la planète entière, afin d'empêcher le Soleil d'atteindre certaines parties du globe.

​​​Mais je croyais que les émissions de CO2, et non pas le Soleil, étaient le principal moteur du changement climatique ?

​​​Peut-être que Barney le dinosaure violet est le vrai coupable derrière tout ça, mais quelle que soit l'explication, je suis au moins assuré que mon gouvernement et les très estimés experts qui le conseillent feront de leur mieux pour taxer et contrôler tous les aspects de mon comportement pour nous sauver tous du réchauffement ou du refroidissement planétaire, ou de tout ce que le temps décidera de faire demain.

Original : www.prisonplanet.com/global-cooling-unprecedented-ice-storms-in-kenya.html


Traduction libre de Pétrus Lombard pour Alter Info


Sources
Alter Info

Posté par Adriana Evangelizt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article