L'agression d'une enseignante par un élève de 10 ans suscite l'émotion

Publié le par Adriana Evangelizt

Quand on voit tous les procès qui ont lieu contre des professeurs qui ont le malheur de coller un gifle à des élèves, il y a de quoi se poser des questions. Alors un élève vous insulte ou vous frappe et il faut laisser faire ? Je parle de cela sur un autre blog mais j'ai souvenance d'avoir pris quelques baffes lorsque j'étais trop dissipée et d'avoir été punie, et alors ? Les professeurs ou instituteurs ne sont-ils pas sensés remplacer les parents quelque part lorsque il y a des débordements ? Là, il y a vraiment quelque chose qui cloche dans le système scolaire actuel.



L'agression d'une enseignante par un élève de 10 ans suscite l'émotion



L'agression vendredi d'une enseignante de l'école Jean-Jaurès de Persan (Val-d'Oise) frappée plusieurs fois par un élève de dix ans, un fait rarissime en primaire, a suscité l'émotion des enseignants, des syndicats et du ministre de l'Education qui a exprimé sa "solidarité".

L'enseignante de CM1 a été frappée aux jambes et aux bras par un élève perturbé qui bénéficiait à ce titre d'un suivi pédagogique particulier.

Souffrant d'hématomes sur le corps, elle s'est vu prescrire un arrêt de travail de plusieurs jours (quatre selon le parquet, huit selon l'inspection d'académie). L'institutrice était toujours "très choquée" mardi, selon l'inspection.

Dans le cadre de la plainte déposée par l'enseignante pour violences volontaires sur personne chargée d'une mission de service public, l'élève a été entendu par les policiers du commissariat de Persan chargés de l'enquête pour la première fois mardi, en présence de ses parents, avec lesquels il est reparti.

Les enquêteurs entendent mener de nouvelles investigations sur la personnalité de l'élève.

L'inspectrice d'académie du Val-d'Oise, Simone Christin, s'est rendue lundi dans l'école pour s'entretenir avec les élèves de la classe et avec les enseignants. Sur le portail d'entrée de l'établissement, une grande banderole blanche avait été apposée où l'on pouvait lire: "Droit au respect".

"C'est la première fois qu'on voit ce type de faits en primaire. C'est un acte isolé lié à un enfant perturbé qui bénéficie d'un accompagnement pédagogique particulier", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Le ministre de l'Education, Xavier Darcos, a demandé mardi au recteur de l'académie de Versailles "d'accorder la protection juridique à l'enseignante et d'envisager toutes les mesures susceptibles de restaurer la sérénité scolaire dans cette école".

Il a tenu à témoigner la solidarité de l'Education nationale "à l'institutrice victime d'un comportement inacceptable", condamnant "avec la plus grande fermeté" des actes "exceptionnels dans le 1er degré".

L'enseignante doit reprendre les cours en début de semaine prochaine. Depuis les faits, l'élève est quant à lui accueilli dans l'école où il est pris en charge en dehors de sa classe dans le cadre d'un suivi particulier.

L'élève "ne peut pas être exclu, les textes ne le permettent pas", a déclaré à l'AFP la directrice de l'école qui n'a pas souhaité donner son nom. L'inspectrice d'académie a souligné, elle: "c'est nôtre rôle de service public d'accompagner cet enfant perturbé".

Le parquet de Pontoise qui n'a pas encore ordonné de poursuites a déclaré à l'AFP qu'il pourrait donner une réponse pénale ou civile à l'affaire. Si la réponse est civile, l'enfant pourrait bénéficier d'une assistance éducative plus large que celle qu'il avait jusqu'à maintenant.

Ce type d'acte en primaire est "rarissime" et "complètement inacceptable", a réagi Gilles Moindrot, secrétaire général du SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire, exprimant la "solidarité" du syndicat avec les enseignants de l'école, selon lui "extrêmement choqués".

Selon M. Moindrot, l'établissement, classé en éducation prioritaire, dispose d'un effectif par classe de 25 élèves (280 élèves pour 11 classes, selon les chiffres fournis par le syndicaliste).

 Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Deliquescence Humaine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article