La surpopulation est un crime contre l’humanité.

Publié le par Adriana Evangelizt

La surpopulation, un discours à la mode comme en atteste l'article ci-dessous. N'aurait-il pas fallu se poser la question il y a des millénaires en inculquant aux femmes, par exemple, l'idée qu'elles ne sont pas que des poules pondeuses  ? Car c'est ainsi que sont considérées les femmes dans tous les milieux primaires et extrêmistes. Il faut une descendance à tout prix. Et tant qu'à faire nombreuse. Tant pis si l'on ne peut pas subvenir à ses besoins. Il y a aussi le jemenfoutisme et le laisser-aller. On "copule" sans prendre des précautions et on se retrouve enceinte. Et vogue la galère...



La surpopulation est un crime contre l’humanité.

Sœur Emmanuelle, dans son admirable courage intellectuel, avait déclaré :
« Dans les bidonvilles, j'avais chargé un docteur de prescrire la pilule, afin que les femmes n'aient pas un bébé tous les dix mois. J'avais vu une femme enceinte allaiter deux bébés ; je ne pouvais laisser perdurer cette situation. J'ai envoyé une lettre directe au Pape pour lui expliquer. Je n'ai jamais eu de réponse… »
(interview parue dans « Le Point » du 7 novembre 2003).

Il serait bien mal venu de se poser la question : Sœur Emmanuelle était-elle nazie ?!! (Sensu le Vatican anti-pilule, le Vatican anti-capote, le Vatican anti-avortement). C’est un outrage et je m’en excuse. Pourtant, quand nous nous sommes tout récemment permis d’agiter en pionniers l’idée de la dépopulation pour soulager les hommes et leur planète exsangue, on nous a traité de toutes sortes de noms d’oiseaux (éconazis, écofascistes, khmers verts, malthusiens et j’en passe), nous avons été insultés, calomniés, menacés, lesquelles insultes sont toujours lisibles sur certains sites malfamés de l’extrême droite catho, des suprématistes racistes et même d’une branche bigote de l’UMP ! Contrairement à toute logique, la décroissance démographique reste un problème épineux, un énorme tabou qui n’ose pas dire son nom, un scandale qui provoque tous les courroux ! Suggérer de modérer la démographie d’un monde en proie à la surpopulation semble relever de l’outrage, de l’infamie, tant le thème appartient à la langue de bois. Certes, je ne suis pas « religieuse », plutôt iconoclaste, mais la vision de Sœur Emmanuelle est aussi politiquement incorrecte pour les conservateurs, même peut-être pour Nicolas Hulot qui se refuse à se prononcer sur un pacte antinataliste qu’il conviendrait d'inclure à tout pacte écologique.

C’est ainsi qu’un livre pamphlétaire et prônant une « généreuse » dénatalité, tout comme l’adoption et la libre circulation de tous les terriens sur une Terre-patrie, fut accueilli par une fatwa catholique d’une rare violence. Placer la Nature avant l'homme, s'en prendre à la natalité - y compris et impardonnable à celle des Blancs ! - qui plus est faire l'apologie du métissage, n'a pas l'heur de plaire à la France conservatrice et les fondamentalistes chrétiens ruent dans les brancards. La sainte famille a la dent dure et en annonçant la couleur par un appel au lynchage, les intégristes chrétiens montrent leur vrai visage, empli de haine à l'idée même d'une Terre-patrie et d'une solidarité ad hoc. À travers leurs sites où ils nous insultent et nous menacent, ces fanatiques incitent à la vindicte publique contre les auteurs et l'éditeur du livre, menaces téléphoniques à l'appui, et ont lancé une campagne de boycott des librairies proposant l'ouvrage. Merci à eux, les ventes s'en sont positivement ressenties !

FAIRE DES ENFANTS TUE,
de Michel Tarrier et Daisy Tarrier, aux Éditions du Temps
http://www.amazon.fr/Faire-enfants-tue-Eloge-d%C3%A9natalit%C3%A9/dp/2842744403


Encore un mot, le permettez-vous ?

Alors que des milliers de milliards de dollars et d’euros volent au secours des banksters, il nous faut déplorer le chiffre scandaleux de presque un milliard de personnes victimes de famine. Le magnifique Jean Ziegler vient encore de nous rappeler que, selon certains spécialistes lucides, une agriculture planétaire et démocratique, sortie des mains spéculatives de la ploutocratie, serait susceptible de nourrir 12 milliards de terriens, soit le double de ce que nous sommes. Mais rappelons qu’il ne nous fallut qu’un demi-siècle pour passer de 3 milliards (en 1960) aux plus de 6 milliards que nous sommes. Cet effectif démographique de 12 milliards n’interviendra cependant pas avant la fin du siècle, grâce à un bienheureux ralentissement de la natalité du bloc occidental ainsi qu’a des mesures coercitives adoptées en Chine. (Ce vieillissement populationnel fait certes craindre le pire aux institutions, mais faut-il sauver les caisses de retraite ou la planète ?) Alors, même si intervenait, on ne sait par quel miracle, une répartition alimentaire équitable, même si notre planète était apte à nourrir (bientôt sans pétrochimie ?) ces 12 milliards de bouches, il en serait donc fini d’un monde vivable au-delà de 2100 ?! Voyez bien qu’il est incontournable de dépeupler la planète, non seulement parce que l’animal humain occupe indûment les niches écologiques des autres espèces, mais parce qu’il y va de notre propre avenir.

Deux citations de personnalités, je crois, au-dessus de tout soupçon "éco-fascistes"...

« Nous périrons sous les berceaux. Nous sommes le Cancer de la Terre ; la pullulation de l'espèce humaine est responsable d'une pollution ingérable par la nature. Cela est tellement évident qu'on se demande de quel aveuglement sont frappés nos dirigeants. La Nature, dans sa grande sagesse, essaie de nous aider ; les cas de stérilité sans cause apparente s'accroissent - comme d'ailleurs s'accroissent les orphelins et enfants abandonnés et maltraités ! »
Commandant Cousteau (citation extraite du livre de Jacqueline Bousquet et Sylvie Simon : Le réveil de la conscience).

« Un humanisme bien ordonné ne commence pas par soi-même, mais place le monde avant la vie, la vie avant l’homme, le respect des autres êtres avant l’amour-propre. »
Claude Lévi-Strauss

La surpopulation est un crime contre l’humanité.
Faire des enfants tue, tue la planète.
Vivre moins nombreux pour que tout le monde puisse tout simplement vivre !
Il faut quelque chose de plus qu’un couple pour faire un enfant, il faut au moins une planète viable.

Pour un ami de la Terre, toute abstinence à la procréation humaine, toute pénurie des naissances sont reçues comme de bonnes nouvelles.
Sans peur ni reproche du métissage, le renouvellement des générations des pays développés devra se faire par les immigrants.
Si vous estimez que nous n’avons aucune responsabilité ni vis-à-vis des 11 millions d’enfants qui meurent chaque année avant d’atteindre leur cinquième anniversaire, ni à l’endroit des espèces végétales et animales qui disparaissent à la vitesse grand V, que notre reproduction n’est pas excessive ou en tout cas acquittée de telles accusations, alors oui, faites encore et encore des enfants. Mais faites vite !
Quelques générations vouées à seulement un enfant par femme, voire assurer un soutien financier aux couples qui n’enfanteraient pas, serait cependant le programme d’une politique courageuse et écoconsciente.

La survie de l’humanité dépend du possible, et non de l’impossible.
L’impossible, c’est une meilleure gestion et répartition des ressources. On a tout essayé depuis des lustres et même la morale égalitaire professée par les grands livres n’a pas donné les résultats escomptés.
Le possible pour cultiver les futurs, c’est d’encourager une mondialisation de la dénatalité.


FAIRE DES ENFANTS TUE, de Michel Tarrier et Daisy Tarrier, aux Éditions du Temps
http://www.amazon.fr/Faire-enfants-tue-Eloge-d%C3%A9natalit%C3%A9/dp/2842744403


Sources Notre Planète Info

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Deliquescence Humaine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article