La Réunion a tremblé

Publié le par Adriana Evangelizt

 

 

La Réunion a tremblé

 

 

 

Hier soir, le sol a tremblé dans l'île. Un phénomène toujours surprenant...

 

La Terre frissonne, aussitôt les ondes - radiophoniques celles-là - se déchaînent. La coïncidence est trop extraordinaire : les Réunionnais assis hier soir devant leur télé sont en train de regarder un reportage du journal télévisé de RFO tourné il y a plusieurs mois au volcan sur la mise en place d’un nouvel outil utilisé en télédétection lorsqu’ils sentent le sol trembler sous leurs pieds ! L’éruption éclair de jeudi n’est sans doute pas étrangère au “parachutage” de ce reportage OVNI tombé du ciel un dimanche soir, mais voilà de quoi alimenter les supputations. Sur Freedom, un Possessionnais explique doctement : “On a cru que c’est le volcan qui s’est réveillé. La chambre magmatique gonfle mais ça ne parvient pas à sortir”. D’où, selon lui, la secousse ressentie hier soir, “à 19 h 43” précise à l’envi l’animatrice de la station débordée d’appels, au grand dam des fidèles de Chaleur tropicale.

Dans l’Ouest et dans le Nord

En tout cas, elle a raison. Un peu plus tard tombe le communiqué de l’observatoire, qui confirme : “A 19 h 43, un séisme d’une durée d’environ 60 secondes a été ressenti. Sa magnitude est de l’ordre de 2,7. Ce séisme est dû au relâchement de contraintes sous l’île et n’a aucun lien avec l’activité du piton de la Fournaise”. L’explication habituelle en somme de secousses comme la Réunion en ressent une fois ou deux par an en moyenne, alors qu’il s’en produit beaucoup d’autres, plus faibles, mais elles passent inaperçues. Notre île, surgie du socle océanique, est un énorme empilement de lave qui s’est édifié sur une base de sédiments plus ou moins stable recouvrant le fond des océans. C’est ce qui expliquerait ces réajustements périodiques. Selon les témoignages radiophoniques recueillis, la secousse a été ressentie de Piton-Saint-Leu dans l’Ouest à Saint-Denis dans le Nord. Quelques témoignages (uniques) émanent de Saint-André, Grand-Ilet, Aurère (cirque de Mafate), la Plaine des Makes. Les témoins les plus impressionnés appellent des hauts de la Montagne (entre La Montagne et La Possession). Aucun témoignage ne parvient ni du sud ni du sud-est et de l’est de l’île. L’observatoire volcanologique déterminera aujourd’hui l’origine de ce séisme : sa localisation et sa profondeur, par une sorte de système de triangulation. Hier soir, on savait simplement que la première station sismique à l’avoir enregistré était celle de Cilaos. Il s’agit d’un exercice délicat car les scientifiques de Bourg-Murat ont entre les mains un outil destiné à surveiller l’activité du piton de la Fournaise à l’aide d’un réseau sismique concentré sur le massif volcanique. Le reste de l’île est “hors réseau” et un séisme qui se produit quelque part sous la Réunion ne peut faire l’objet d’aucune étude fine. Pour cette raison, notamment après le séisme d’une magnitude exceptionnelle pour notre île de 3,6 ressenti par presque tous les Réunionnais le 24 août 2007, l’observatoire avait proposé aux pouvoirs publics l’élargissement de son réseau sismique, en impliquant d’autres partenaires dont l’université de la Réunion. Le projet est de disposer de plusieurs capteurs autour de l’île … mais il n’est toujours pas finalisé

François Martel-Asselin

Sources Clicanoo

 

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Catastrophes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article