Grippe porcine : les E-U décrètent l'état d'urgence

Publié le par Adriana Evangelizt

Tous les médias dans les starting blocks pour la grippe porcine. Et pourtant un aveugle y verrait. Au mois de juillet 2008 déjà, il y avait eu une alerte bizarre aux USA à cause des directives données aux hôpitaux et équipes médicales. Voir l'article Plan de lutte contre les pandémies aux USA : laisser mourir les vieux, les malades et les pauvres. Et là, on apprend que  la mutation du virus est inédite, «dans des gênes jamais rencontrés auparavant. On nous prend vraiment pour des imbéciles et je suis polie. Les diaboliques qui gouvernent notre monde ne valent pas la corde pour les pendre. Tout leur est bon pour préparer leur mauvais coups. Ils se dépèchent d'autant plus qu'ils savent que le temps leur est compté pour perpétrer leurs crimes désormais. La Terre va se charger de leur montrer l'addition.


Grippe porcine : les E-U décrètent l'état d'urgence





Au moins vingt personnes seraient touchées aux Etats-Unis et quatre cas sont actuellement examinés en France. L'OMS, qui évoque une véritable «pandémie», estime que le virus peut évoluer et devenir encore plus dangereux.

«Pandémie». L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a lâché le mot tant redouté samedi, en l'entourant de précautions. Pour l'organisation, qui a déclaré l'épidémie «urgence de santé publique internationale», la grippe porcine qui a frappé le Mexique, où elle a tué 22 personnees de manière certaine et probablement 86 au total, présente bel et bien un «potentiel pandémique».


A Mexico, mégalopole de 20 millions d'habitants, l'Etat est sur le pied de guerre. On compte 1.324 malades déjà signalés dans le pays, dont 20 pour la seule journée de samedi. Dimanche, deux nouvelles personnes sont décédés, et trois autres décés sont considérés pour le moment comme suspect. Ces nouveaux décès portent à 86 le nombre de morts apparemment liées à la grippe porcine, dont 22 confirmées, au Mexique.


Tous les malades atteints ou présentant les symptômes de la maladie sont placé à l'isolement , tandis que les forces de l'ordre ont autorité pour pénétrer dans «tout local» si nécessaire pour lutter contre la contagion. Les établissements scolaires sont fermés jusqu'au 6 mai prochain dans la capitale. La messe a également été annulée dimanche.


Les Etats-Unis déclenchent l'etat d'urgence sanitaire


Mais la contagion a déjà atteint les Etats-Unis. Les autorités sanitaires américaines ont déclaré dimanche l' «état d'urgence sanitaire». Elles font état de 20 cas aux Etats-Unis, huit à New-York (nord-est), sept en Californie (ouest), deux au Texas (sud), deux au Kansas (centre) et un dans l'Ohio (nord). Pour elles, le virus s'étend et ne peut pas être contenu dans l'immédiat. Washington a dépêché une équipe d'experts au Mexique. Le Canada a également annoncé quatre cas de grippe porcine.


Le reste du monde n'est pas épargné. En Angleterre, le cas suspect signalé en fin de semaine s'est révélé être une fausse alerte. En Colombie, cinq voyageurs présentant des symptômes ont été hospitalisés. En Nouvelle-Zélande, un groupe de 25 lycéens de retour du Mexique a été placé en quarantaine. Dix présentent des symptômes et sont «probablement» atteints. L'Asie, déjà frappée par la grippe aviaire, se mobilise. Distribution de masques au Japon, réunion d'urgence des ministres en Corée du Sud...


En Europe, l'épidémie prend également de l'ampleur. L'Espagne comptait dimanche six cas possibles de grippe porcine. En France, quatre cas sont actuellement en cours d'investigation : un groupe de trois personnes dans le Nord et une femme dans la région parisienne. Tous reviennent de régions où l'épidémie existe (Mexique et sud des Etats-Unis).


Une mutation « inédite» du virus


Selon l'OMS, la maladie touche «des jeunes adultes en bonne santé», et la mutation du virus est inédite, «dans des gênes jamais rencontrés auparavant» . Mexico assure que tous les cas constatés sont issus de contamination d'homme à homme, ce qui inquiète les spécialistes.


Le Mexique, qui avait avancé l'hypothèse d'une campagne de vaccination massive, penche désormais pour une distribution de médicaments. Un fonds de 450 millions de dollars (340 millions d'euros) a été débloqué pour lutter contre la maladie.


En France, Françoise Weber, directrice de l'Institut de veille sanitaire (InVS), a annoncé quatre «cas suspects» de grippe porcine, alors que la suspicion sur deux autres cas signalés samedi a été levée. Dimanche après-midi, trois nouveau cas suspect ont été signalés dans le Nord et pris en charge au centre hospitalier de Tourcoing.

Le directeur général de la Santé, Didier Houssin, explique au Parisien que deux personnes de retour du Mexique présentaient samedi «des doutes, non confirmés», de contamination. Pour Didier Houssin, «d'autres cas ne vont certainement pas manquer de survenir dans les jours à venir car les déplacements aériens ou par bateau sont nombreux». Il «n'est pas exclu qu'une personne malade, donc potentiellement contagieuse, puisse rentrer en France», estime-t-il.


La France a mis en place un centre de crise afin de suivre l'évolution de la situation sanitaire au Mexique. Paris a précisé samedi que «la France n'importe pas de porcs vivants, ni de viande porcine du Mexique».


Maladie respiratoire de type viral qui s'attrape dans les elevages de porcs, la grippe porcine se transmet ensuite d'homme à homme par voie aérienne. La souche mutante responsable de l'épidémie, A/H1N1, combine des éléments des virus grippaux porcin, aviaire et humain, a mis plusieurs semaines à être identifiée au Mexique. La question de la transmission interhumaine n'est pas tranchée par les spécialistes. Ce virus peut se traiter avec le Tamiflu, médicament déjà employé pour la grippe aviaire. Un vaccin pourrait être rapidement mis au point.


Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt  

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article