La banquise de Wilkins continue de se désagréger

Publié le par Adriana Evangelizt




La banquise de Wilkins continue de se désagréger



Des photos satellite montrent que la bordure nord de la banquise de Wilkins, en Antarctique, a commencé à se fragmenter. Cette évolution n'est pas une surprise car en début de mois, le mince pont de glace qui ancrait la banquise aux îles Charcot et Latady s'était finalement effondré. Cet effondrement avait élargi les cassures le long de la bordure nord, et entraîné la formation de nouvelles fissures.


Agence Cordis (Union Européenne), 29 avril 2009


Deux chercheurs allemands, le Dr Angelika Humbert de l’université de Münster et le Dr Matthias Braun de l’université de Bonn, suivent l’évolution de la banquise avec l’aide des images radar prises par le satellite ENVISAT de l’Agence spatiale européenne et par le satellite allemand TerraSAR-X.


Le pont de glace s’est brisé le 6 avril dernier, et les fractures le long du front nord de la banquise étaient nettement plus larges à peine trois jours plus tard. Les premiers icebergs se sont libérés du front le 20 avril. Les chercheurs pensent que le front nord de la banquise continuera le vêlage des icebergs au cours des prochaines semaines, et devrait perdre entre 570 et 3.370km2 de glace. Ils espèrent qu’un nouveau front stable se formera alors, bien que l’évolution de la situation ne soit pas claire.


« Nous ne savons pas si un nouveau front de glace, stable, se formera entre l’île Latady, le Petrie Ice Rises et l’île Dorsey », déclare le Dr Humbert. « Si l’appui sur l’île Latady manque, la perte de glace peut être supérieure à la prévision de 3.370 km2, bien que nous n’ayons aucune indication sur l’imminence du phénomène. »


Au cours des dernières décennies, plusieurs banquises ont reculé et se sont brisées. La banquise de Wilkins est au sud de l’Amérique du Sud, le long de l’ouest de la péninsule Antarctique, une région dont la température moyenne s’est élevée de 2,5 degrés Celsius au cours des 50 dernières années.


La banquise de 13.000 km2 est restée stable pendant la majeure partie du XXe siècle, mais a commencé à reculer dans les années 1990. Plusieurs changements sont survenus en 2008. En février, la banquise a perdu plus de 400 km2 de glace, et 160 km2 se sont désintégrés en mai. Ces pertes ont fortement réduit la largeur du pont de glace, qui est passé à 900 mètres au point le plus étroit.


Les pertes de glace ont continué en juin et juillet, et des fissures très importantes se sont ouvertes en novembre à l’est de l’île Latady. Au cours de l’année précédente, la banquise a perdu au total environ 14% de sa surface. Au début de ce mois d’avril, le pont de glace s’est finalement rompu au point le plus étroit.


Les images détaillées obtenues par le satellite ENVISAT et par d’autres satellites apportent aux scientifiques beaucoup d’informations sur la façon dont les banquises se désagrègent.


« La banquise de Wilkins est un fabuleux laboratoire naturel, qui nous permettra de comprendre les réactions des banquises face au réchauffement planétaire, ainsi que le sort du reste de l’Antarctique », explique David Vaughan de la British Antarctic Survey. « Par leur qualité et leur fréquence, les images acquises par les satellites de l’ESA permettront d’analyser la fragmentation de cette banquise bien plus efficacement que tous les évènements précédents. Je pense que pour la première fois, nous pouvons réellement commencer à voir les processus qui ont scellé le sort de la banquise. »


La banquise flotte sur l’océan, donc sa fonte ne se traduira pas directement par une élévation du niveau de la mer. Cependant, elle souligne l’intensité des changements climatiques subis par les pôles.

Sur le web :

Agence Spatiale Européenne : Satellite imagery shows fragile Wilkins Ice Shelf destabilised


Publication originale CORDIS

Sources Contre Info 

Posté par Adriana Evangelizt
 

Publié dans Arctique-Antarctique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article