Grippe porcine: la vie reprend au Mexique, séquençage du virus au Canada

Publié le par Adriana Evangelizt

Article qui montre bien les contradictions de cette grippe porcine qui serait une pandémie et les diktats de l'OMS pour imposer ses mesures draconiennes. Curieusement, la vie reprend au Mexique, comme si de rien n'était mais l'OMC continue de faire planer la peur. Les groupes scientifiques étant en première ligne. L'ONU a d'ores et déjà convoqué pour le 19 mai à Genève une réunion avec les groupes pharmaceutiques pour s'assurer que les pays en développement disposeront "d'un accès équitable" à un éventuel vaccin. On ne se fait pas de soucis, le vaccin sera forcément "cher" et beaucoup de gens dans les pays en voie de développement devront s'en passer. Ce qu'il ne faut pas perdre de vue, c'est que tout ce tintamarre n'a qu'un seul but : imposer la loi martiale aux Etats-Unis pour diverses raisons.  Le processus se met doucement en place. Ainsi les autorités américaines comptabilisaient mercredi 642 cas confirmés de grippe A(H1N1), soit 239 de plus que la veille. Désormais 41 Etats américains sur 50 sont touchés. Il faut suivre et comprendre. Il manque donc 9 états pour que le tour soit joué. Depuis Mars 2008, la FEMA a commencé à alerter sur un risque de pandémie. Or, la FEMA est un gouvernement occulte dans un gouvernement qui ne sait rien des agissements de la FEMA. Et le lien avec les "pontes" de l'OMC n'est que flagrant.



Grippe porcine: la vie reprend au Mexique, séquençage du virus au Canada



Le Canada a réalisé le premier séquençage du génome du virus de la grippe porcine H1N1, qui pourrait aider à la mise au point d'un vaccin, au moment où la vie reprenait lentement son cours au Mexique, malgré l'annonce de 13 nouveaux morts dans ce pays.


Le séquençage du virus a été réalisé par le laboratoire national de microbiologie de l'Agence de santé publique du Canada à Winnipeg.


"C'est la première fois que cela a été réalisé sur un virus H1N1 de la grippe venant du Mexique et du Canada", a déclaré la ministre de la Santé Leona Aglukkaq.


Aux Etats-Unis, où deux personnes sont mortes, de premiers pas ont été accomplis pour la mise au point d'un vaccin, a annoncé au Congrès un responsable des Instituts de la santé (NIH).


La première étape consistait à isoler le virus, ce que les scientifiques américains ont fait. La deuxième, actuellement en cours, sera de créer des "souches du virus" afin de produire des vaccins pilotes qui pourront être testés sur des humains, a expliqué ce responsable Anthony Fauci.


L'ONU a d'ores et déjà convoqué pour le 19 mai à Genève une réunion avec les groupes pharmaceutiques pour s'assurer que les pays en développement disposeront "d'un accès équitable" à un éventuel vaccin.

Les autorités américaines comptabilisaient mercredi 642 cas confirmés de grippe A(H1N1), soit 239 de plus que la veille. Désormais 41 Etats américains sur 50 sont touchés.


Au Canada, 165 personnes contaminées par le virus ont été dénombrées mardi, 25 de plus que la veille. Au Mexique, le bilan, qui s'est alourdi de 13 morts, s'élève désormais à 42 décès. Le nouveau comptage fait état de 1.070 cas d'infection au total. La majorité des morts étaient "âgés de 20 à 39 ans", a précisé le ministre de la Santé José Angel Cordova.


Un premier cas de grippe porcine a été signalé mercredi en Pologne, chez une femme rentrée récemment des Etats-Unis.


En France, le nombre des cas confirmés s'élève désormais à sept.


L'apparition du virus A(H1N1) a suscité dans le monde entier la crainte d'une pandémie mortelle, incitant de nombreux pays à prendre des mesures pour contenir la contagion.


L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a d'ailleurs demandé à certains pays de justifier des restrictions mises en place pour lutter contre la propagation de cette grippe.


"Les pays qui ont adopté des mesures significativement différentes (de celles recommandées par l'OMS, ndlr) ou qui vont contre les échanges internationaux doivent fournir à l'OMS des informations sur la rationalité en terme de santé publique et le fondement scientifique de ces mesures".


Dans son dernier bilan, l'OMS chiffre à 1.658, dont 30 mortels, le nombre de cas confirmés dans 23 pays.


Mexico, qui vivait au ralenti depuis l'alerte déclenchée après l'apparition de l'épidémie, commençait à retrouver son rythme trépidant avec la réouverture des restaurants. Les commerces, les transports publics et les écoles s'apprêtaient à rouvrir jeudi. Les cinémas, théâtres, bars et discothèques de Mexico, fermés depuis le 28 avril, vont eux aussi rouvrir leurs portes jeudi, ont annoncé les autorités locales.


La fermeture des commerces a occasionné un manque à gagner quotidien de 100 millions de dollars pour le secteur hôtelier de Mexico.


Les sites archéologiques, dont les pyramides précolombiennes de Teotihuacan près de Mexico et la cité maya de Chichen Itza sur la péninsule du Yucatan, ont aussi rouvert mercredi.


"Nous retournons lentement à la normale", a déclaré le président Felipe Calderon.


Frappé par les conséquences économiques de l'apparition du virus, le Mexique s'est aussi adressé aux 153 pays membres de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour demander des explications après la décision de plusieurs pays de limiter leurs importations de viande de porc.


"Ces mesures, prises par la Russie, l'Equateur, les Emirats arabes unis, la Bolivie, le Honduras, la Chine, la Russie, l'Ukraine et l'Azerbaïdjan, sont contraires aux règles sanitaires et phytosanitaires de l'OMC", selon une source diplomatique mexicaine à Genève.


Entre-temps, 138 Mexicains rapatriés de Chine où ils avaient été placés en isolement sont arrivés à Mexico, tandis que 98 Chinois rapatriés du Mexique sont arrivés à Shanghai et ont été placés en quarantaine. Ces vols entrent dans le cadre d'un accord entre les deux pays après un week-end de tensions pendant lequel Mexico avait dénoncé des discriminations envers ses ressortissants.


La Chine a décidé aussi de lever la quarantaine imposée à des étudiants canadiens qui avaient été confinés dans un hôtel de Changchun (nord-est de la Chine), bien que ne présentant pas de symptômes.


La peur inspirée par la grippe porcine a incité la direction du zoo de Kaboul à mettre à l'isolement le seul cochon connu d'Afghanistan, qui avait été offert à ce pays par la Chine. En Tunisie, des battues aux sangliers étaient prévues dans le cadre d'un "plan d'action" contre la grippe porcine.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article