La propagande continue... Le virus continue à se propager notamment aux Etats-Unis

Publié le par Adriana Evangelizt

Les incohérences continuent. Par rapport au commentaire d'hier, ICI, le nombre de malades augmenterait aux USA. Et vous verrez que plus Obama ira dans le sens de l'ouverture avec "les ennemis" de Bush, entre autres, et davantage la pandémie se répandra. Et davantage il y aura des attentats en Irak et ailleurs, davantage il y aura de soldats américains tués.

En attendant, on veut nous faire gober qu'un "obscur" chercheur américain, nommé
 Suresh Mittal, professeur à l'université de Purdue (Indiana), a en outre développé un vaccin qui pourrait être produit dans quelques mois. Par curiosité, j'ai tapé son nom sur Google et l'on tombe sur un site qui ne casse pas trois pattes à un canard,  ici

http://www.vet.purdue.edu/SureshMittal/lab.html

Si vous enlevez SureshMittal/lab.html  au lien, on tombe sur une école de "Vétérinaire" Purdue University, avec une mise à jour des pages en 2009... très récente... où il est question du fameux vaccin...

http://www.vet.purdue.edu/

J'ai recherché dans web archive
http://web.archive.org/web/*/http://www.vet.purdue.edu et ô surprise les pages s'arrêtent le 29 janvier 2008 ! Voyez par vous-mêmes

http://web.archive.org/web/*/http://www.vet.purdue.edu

Il faut faire vite avant que le changement ait eu lieu. Mes amis ont pompé les pages "web archives" pour preuve. Si le site est arrêté depuis janvier 2008, cela prouve donc que ces pages ont été rajoutées très récemment... et pourquoi donc ?

Grippe porcine : Le virus continue à se propager
notamment aux Etats-Unis


La grippe porcine continuait de se propager samedi matin, en particulier aux Etats-Unis où l'on compte désormais davantage de cas avérés qu'au Mexique, et au Canada où un premier décès a été enregistré, alors que quatre nouveaux pays ont fait état de l'apparition de la maladie.


Pour les autorités sanitaires, le virus A (H1N1) complètement nouveau - combinant des souches porcine, aviaire et humaine - n'a pas été éradiqué et il pourrait connaître une résurgence à l'approche de l'hiver dans l'hémisphère Nord.


"Selon une estimation raisonnable, un tiers de la population (mondiale) serait contaminé" en cas de pandémie, a indiqué jeudi le numéro deux de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Keiji Fukuda.


Les autorités sanitaires au Canada ont fait état du premier décès "lié" à la grippe A, tout en soulignant que le rôle exact du virus dans cette mort "n'était pas clair" et faisait encore l'objet d'une enquête.


Le Brésil a annoncé vendredi avoir enregistré le premier cas de transmission du virus à l'intérieur du pays. Les cinq autres cas recensés avaient tous été contaminés à l'étranger.


Vendredi, le Japon a enregistré ses trois premiers cas: trois voyageurs arrivés le jour même des Etats-Unis, testés positifs. Il a été suivi par l'Australie qui a annoncé qu'une femme avait contracté le virus à l'étranger mais était déjà guérie au retour vendredi dans son pays.


La veille trois nouveaux pays - Brésil, Argentine (1 cas) et Panama (2 cas) - étaient déjà venus allonger la liste des pays touchés par l'épidémie, désormais 29.


Les Etats-Unis comptent à présent davantage de cas confirmés de grippe porcine que le Mexique, jusqu'alors considéré comme le plus touché par la maladie. Les autorités sanitaires américaines ont recensé vendredi 1.639 cas avérés soit 743 de plus que la veille, alors que le Mexique faisait état de 1.319 cas confirmés. Le bilan des morts aux Etats-Unis reste cependant de deux morts contre 45 dans le pays voisin.


Le président Barack Obama a mis en garde vendredi contre tout relâchement de la vigilance. "Nous sommes en train de constater que le virus pourrait ne pas avoir été aussi virulent que nous ne le craignions (...) Mais nous ne sommes pas encore tirés d'affaire, il faut continuer à prendre des précautions", a-t-il averti.


L'OMS a chiffré vendredi à 2.500 cas le nombre de malades confirmés de grippe porcine dans le monde avec, selon elle, 46 morts au total.


A Mexico, où le dernier cas mortel remonte au 4 mai, les lieux publics ont quasiment tous rouvert après plus d'une semaine de paralysie à l'exception des écoles primaires, qui rouvriront lundi. Les touristes étaient toutefois encore absents des sites historiques. Exception notable, l'Etat de Jalisco, dans l'ouest du pays, a décrété la fermeture générale de tous les lieux de distraction et de réunion (cafés, restaurants, stades...) et des établissements d'enseignement de la maternelle à l'université, après trois décès suspectés d'être dus à la grippe porcine.


Outre les 45 décès officiellement attribués au virus, 10 morts suspectes restent à analyser au Mexique, a déclaré vendredi à l'AFP le ministre mexicain de la Santé, José Angel Cordova, qui n'avait alors connaissance que de deux nouveaux cas dans l'Etat de Jalisco.


La mobilisation internationale pour fabriquer un vaccin a produit ses premiers résultats, avec le séquençage du génome du virus au Canada, troisième pays le plus touché avec 224 personnes contaminées.


En Grande-Bretagne, des chercheurs ont également annoncé avoir réalisé le séquençage génétique de la souche européenne du virus H1N1.


Un chercheur américain, Suresh Mittal, professeur à l'université de Purdue (Indiana), a en outre développé un vaccin qui pourrait être produit dans quelques mois.


En cas de pandémie reconnue par l'OMS, l'Agence européenne du médicament (EMEA) a recommandé d'allonger à sept ans contre cinq la durée de vie des gélules de Tamiflu (un antiviral efficace contre le virus actuel) et sa prescription aux bébés et femmes enceintes.


Treize pays d'Asie - les 10 de l'Asean ainsi que la Chine, le Japon et la Corée du Sud - vont "augmenter" leurs stocks de médicaments antiviraux pour être prêts en cas de pandémie.


L'ONU avait critiqué vendredi des mises en quarantaine sur des critères de nationalité "clairement discriminatoires", dénonçant l'isolement dans certains pays de Mexicains dépourvus de symptômes ou qui se trouvaient hors de leur pays ces dernières semaines.


La Chine, fustigée par le Mexique, s'est défendue en disant chercher à éviter "des conséquences catastrophiques" et la propagation du virus en Asie, région parmi les moins touchées.


La Russie a assoupli son embargo sur le porc provenant de certains Etats américains et envisage la même chose pour les régions d'Espagne épargnées par le virus mais continue d'interdire les importations du Mexique.


Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article