18 000 enfants meurent chaque jour dans le monde

Publié le par Adriana Evangelizt

 

 

18 000 enfants meurent de faim chaque jour



 




A l'occasion de la Journée Mondiale de l’Alimentation le 16 octobre, le Directeur exécutif du Programme Alimentaire Mondial, M. James Morris, a lancé un appel aux pays développés pour donner une chance aux 400 millions d’enfants qui ont faim dans le monde et dont la vie est anéantie par la malnutrition dès les premiers mois de leur existence.

. Morris s’est exprimé devant le Comité des Affaires étrangères du Sénat américain aux cotés d’Ann Veneman, Directrice Exécutive de l’UNICEF et de plusieurs partenaires de l’Initiative pour mettre un terme à la faim et à la dénutrition chez l’enfant. Les deux directeurs des agences onusiennes se battent pour trouver des partenaires dans le monde de l’humanitaire – des organisations humanitaires, des fondations et des entreprises, aussi bien que des gouvernements – pour éradiquer la faim extrême qui menace toujours la vie d’environ 400 millions d'enfants dans les pays en voie de développement.

"Environ 18 000 enfants mourront de faim et de malnutrition aujourd'hui. Ce n’est pas facile à réaliser pour des gens aux Etats-Unis ou en Europe" a déclaré M. Morris. "Mais d’ici un mois, il y aura plus d'enfants qui seront morts de faim qu'il n’y a d’habitants à Washington. Pourtant il n'y a ni gros titre, ni tollé. Au lieu de cela, ces enfants pauvres et oubliés meurent discrètement dans des pays comme le Guatemala, le Bangladesh et la Zambie - loin de nos yeux.
Cela ne devrait pas arriver : nous avons tous les outils nécessaires pour en finir avec la faim."

La faim nuit au développement du cerveau


L'impact de la faim et de la malnutrition est souvent grave pour les enfants. Une récente étude a montré une fois encore que le développement cognitif pendant les premiers mois et années de la vie est crucial et influence l'apprentissage, le comportement et la santé tout au long de la vie. La faim nuit au développement du cerveau des enfants, diminuant leurs chances de succès pour l’avenir.

La sous-alimentation affecte chaque étape et aspect de la vie , en ralentissant non seulement la croissance physique mais aussi le développement mental – le Q.I. chute de 10 à 15 points, voire plus. Dans certains pays, les taux de retard de croissance dépassent 60 pour cent. "Imaginez l'impact sur les pays pauvres qui cherchent à développer leur économie" a ajouté M. Morris. "Comment leur population active peut-elle être compétitive ? L’éducation et le développement sont tout simplement impossibles dans un pays où l’on a faim."

"Étant donné que 70 pourcent du développement cognitif a lieu au cours des deux premières années de notre vie, la malnutrition précoce peut avoir un effet dévastateur" a déclaré M. Morris.
"Avant même de savoir parler et marcher, ces gosses ont déjà une longueur de retard."

Des chercheurs chiliens ont démontré que les enfants qui ont souffert de la malnutrition avant l’âge de deux ans tendent à avoir
des cerveaux plus petits et moins développés et des quotients intellectuels inférieurs à ceux qui ont été bien nourris.

Enfants bien nourris meilleurs à l'école


D'autres études montrent que la carence en fer chez les enfants de moins de deux ans peut être associée à de mauvaises performances scolaires une fois qu'ils atteignent l'âge d’aller à l’école. De même, les enfants en retard de croissance peuvent perdre des années d’éducation parce qu'ils sont scolarisés plus tard qu'ils ne devraient. En revanche, les enfants bien nourris sont sensiblement meilleurs à l'école.

« La conclusion que nous pouvons en tirer est qu’il est primordial d'intégrer l’alimentation dans les programmes d'éducation - alimentation scolaire - avec des interventions pour la survie et la croissance des nourrissons afin d’avoir le plus grand impact alimentaire sur les enfants » a déclaré M. Morris. « Et les programmes contre la faim des enfants
doivent commencer avant même que l'enfant ne vienne au monde - ils doivent commencer par la mère. »

Intégrer l'alimentation dans les programmes d'éducation


M. Morris a comparé les opportunités et les technologies éducatives actuelles dont les enfants disposent dans les pays développés pour concrétiser leur potentiel avec les ressources extrêmement limitées disponibles dans les pays les plus pauvres du monde. Dans les pays comme le Niger, le Tchad ou le Bangladesh, des millions d'enfants ne vont pas à l'école, car les familles ont besoin que chacun travaille pour joindre les deux bouts.

« Il n'y a rien de mal à vouloir le meilleur pour nos propres enfants, le contraire serait anormal. Mais la prochaine fois que vous achetez un nouvel ordinateur portable à votre enfant ou que vous programmez ses cours particuliers, ayez une pensée pour les millions d'enfants dont les doigts ne toucheront jamais un clavier – ceux qui auraient déjà de la chance s’ils avaient accès à l’alphabétisation et à l’arithmétique de base » a déclaré M. Morris.

Assez de nourriture pour tout le monde


« Nous pouvons faire une différence. Il y a plus qu'assez de nourriture dans le monde. Par exemple en Italie, une fois que les besoins alimentaires de la population sont satisfaits, il y resterait suffisamment de nourriture pour toutes les personnes sous-alimentées en Ethiopie ; les « restes » des français pourraient alimenter ceux qui souffrent de la faim en République Démocratique du Congo, et ceux des Etats-Unis pourraient nourrir tous les affamés d’Afrique. »

Mettre en place une politique alimentaire prioritaire


« L'aide publique au développement a connu une hausse constante pendant plusieurs années et plafonne maintenant à 100 milliards de dollars. Nous pouvons faire quelque chose, mais nous devons mettre en place une politique alimentaire prioritaire - on ne pourra pas éradiquer la pauvreté tant qu’on ne s’attaquera pas à la faim et la malnutrition. Et un bon début serait d’empêcher que la faim n’anéantisse toute lueur d’espoir des enfants. »

Sources :
NOTRE PLANETE


Posté par
Adriana Evangelizt

Publié dans Deliquescence Humaine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
ENFANTS SOLDATS300.000 enfants sont recrutés par les factions armées dans le monde. Que fait on pour eux ? Plusieurs associations se sont associées (coalition to stop the use of the children sodiers, Terre des hommes etc...) et ont lancé l'opération Mains rouges. Le but : récolter 1 millions de Mains et les déposer à l'ONU le 12 Février 2009 date anniversaire du protocole d'accord signé par tous les pays en guerre visant à interdire le recrutement de jeunes de moins de 18 ans mais qui n'est pas respecté ! que faire ? dessiner votre main sur un papier rouge, la découper et la coller sur une feuille blanche avec votre nom et votre adresse. envoyer le tout aux 2 associations citées ou a l'association CHETHANA 21 rue des Glaieuls 38340 VOREPPEMerci pour tous ces enfants qui souffrent.
Répondre