Pollution des plages de Bretagne

Publié le par Adriana Evangelizt

La pollution de nos océans continue.

Pollution en Bretagne:

 la Marine va analyser le fioul du MSC Napoli

Une personne passe près d'une galette de mazout sur la plage du Trestel, le 27 janvier 2007 à Trévou-Tréguignec


La Marine nationale a prélevé des échantillons du fioul du porte-conteneurs MSC Napoli pour les analyser et les comparer aux galettes de fioul qui ont souillé ce week-end le littoral breton entre Perros-Guirec et Morlaix.

Les résultats ne seront pas connus avant jeudi, a précisé la préfecture maritime de Brest.

Des boulettes et des sachets de gâteaux mazoutés ont continué à arriver dans la nuit de dimanche à lundi sur la côte nord de la Bretagne, comme à Locquirec (Finistère), l'une des communes les plus touchées.

Sur le littoral de cette station balnéaire, bénévoles et employés municipaux ont ramassé dimanche quelque 10m3 de déchets ainsi que neuf oiseaux morts, a témoigné le maire, Joël Le Roc'h, qui demandera l'aide des sapeurs-pompiers pour nettoyer les rochers.

La station ornithologique de l'île Grande a reçu lundi matin une vingtaine d'oiseaux mazoutés, soit un total de 70 depuis le 25 janvier, a indiqué un technicien de la station.

Un employé municipal présente un guillemot mazouté, le 27 janvier 2007 sur la plage du Trestel à Trévou-Tréguignec



"La pollution est d'ampleur limitée", a résumé Etienne Stoskopf, directeur du cabinet du préfet du Finistère. "Pour l'instant les communes font face. Il va de soi que si ça continue, il faudra changer de braquet", a-t-il ajouté.

Les prélèvements de fioul du MSC Napoli, en cours d'acheminement, ont été réalisés sous la responsabilité du directeur de la Commission d'étude pratique de lutte anti-pollution (CEPOL), Christian Nédelec, à bord du bâtiment anti-pollution Argonaute, présent dans la zone d'échouage du porte-conteneurs sur les côtes anglaises.

Ils seront étudiés par le laboratoire d'analyse de la Marine de Brest, en complémentarité avec les techniciens du Centre d'étude et de documentation sur les pollutions (Cedre).

"Chaque pétrole possède sa signature", a expliqué Jean-Marie Figue, porte-parole de la préfecture maritime.

Les vents de Nord-Est qui soufflent sur la région depuis plusieurs jours favorisent l'arrivée de la pollution sur la côte bretonne.

Néanmoins, "nous ne sommes pas dans la configuration d'une pollution massive", indique le capitaine de frégate Figue. La chaîne des sémaphores, mise en alerte pour recueillir les informations des marins-pêcheurs sur toute la frange littorale, ainsi que des survols quotidiens de la zone n'ont en effet pas permis de repérer des traces de pollutions significatives.

De son côté, Vigipol, le syndicat mixte de protection du littoral breton, a annoncé lundi son intention de porter plainte contre X avec constitution de partie civile.

"Ce n'est pas nous qui sommes à l'origine de la pollution mais c'est nous qui devons nettoyer", a regretté Jacques Mangold, son directeur. Il a mis en garde les élus contre l'emploi de bénévoles pour manipuler "des substances à base d'hydrocarbures dont on connaît l'aspect cancérogène à doses plus élevées".

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt


Publié dans Catastrophes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article