Vestiges d'un village près de Stonehenge

Publié le par Adriana Evangelizt

Vestiges d'un village près de Stonehenge,

contemporain du site préhistorique

 

 


Des vestiges mis au jour à Durrington Walls, près de Stonehenge en Angleterre, contemporains du célèbre site mégalithique, témoignent de l'existence d'un village habité par des centaines de personnes, selon une étude publiée mardi aux Etats-Unis.

L'équipe d'archéologues ayant conduit ces fouilles, en partie financées par la fondation américaine du National Geographic, pense que les maisons étaient habitées par les bâtisseurs à Stonehenge du monument formé de cercles de menhirs.

"Des examens magnétométriques ont permis de détecter des dizaines d'âtres indiquant que toute la vallée était remplie d'habitations", selon Mike Parker Pearson, chercheur de l'université de Sheffield en Grande-Bretagne. "Dans ce qui restait des habitations nous avons mis au jour les empreintes sur le sol de socles de lit, de commodes et de placards en bois", précise-t-il.

Le radiocarbone date les vestiges de Durrington Walls entre 2600 et 2500 avant notre ère, soit la même période que celle estimée pour Stonehenge.

Ces habitations forment le plus grand village néolithique jamais découvert en Grande-Bretagne. Des restes de quelques maisons similaires avaient déjà été trouvés sur l'île d'Orkney, au large de l'Ecosse.

La dernière découverte confirme la théorie selon laquelle Stonehenge n'était pas isolé mais faisait partie d'un complexe religieux beaucoup plus grand utilisé pour des rites funéraires, selon les archéologues.

Seulement une petite superficie du site de Durrington Walls a fait jusqu'à présent l'objet de fouilles archéologiques. Les restes de huit habitations ont été dégagés en septembre 2006 dans le cadre du Projet de Stonehenge Riverside conduit par Mike Parker Pearson et cinq autres archéologues.

Le sol de six de ces maisons était bien préservé et fait d'argile. Chaque habitation disposait d'un âtre en leur milieu.

Les archéologues ont aussi découvert des fragments d'objets éparpillés sur le sol, vieux de 4.500 ans, et les trous et encoches auxquels étaient attachés les meubles de bois désintégrés depuis longtemps.

Soiurces AFP

Posté par
Adriana Evangelizt

Publié dans Histoire des hommes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article