Plan d'action contre la surpêche du thon

Publié le par Adriana Evangelizt

Premier plan d'action mondial contre la surpêche du thon,

mais pas de quotas

Un employé sur le marché au thon de Tokyo, le 26 janvier 2007

"La conférence avait pour but de fixer une orientation générale. Si nous avions essayé d'inclure des objectifs chiffrés dans le plan, la négociation ne se serait jamais terminée", a-t-il plaidé.

Les stocks de thon sont actuellement en danger d'extinction commerciale, notamment en raison de l'engouement mondial pour la cuisine japonaise qui fait largement appel au thon cru sous forme de "sushi" et de "sashimi".

Selon les scientifiques, le nombre actuel de prises est trois fois supérieur à celui qui permettrait un renouvellement optimum de l'espèce.

"Le simple fait que les cinq organisations se soient réunies est en soi un événement significatif", s'est félicité le délégué américain à la conférence de Kobe, David Balton.

"Mais le véritable test sera de voir si les engagements pris à Kobe se traduiront vraiment par des actions concrètes", a-t-il déclaré à l'AFP.

Un homme transporte des thons au marché aux poissons de Tokyo le 26 janvier 2007

"La conférence avait pour but de fixer une orientation générale. Si nous avions essayé d'inclure des objectifs chiffrés dans le plan, la négociation ne se serait jamais terminée", a-t-il plaidé.

Les stocks de thon sont actuellement en danger d'extinction commerciale, notamment en raison de l'engouement mondial pour la cuisine japonaise qui fait largement appel au thon cru sous forme de "sushi" et de "sashimi".



Du côté des écologistes, la déception était perceptible.

"La semaine écoulée a été très occupée pour tout le monde, mais malheureusement ce n'est pas une semaine historique pour le thon. La réunion n'a pas débouché sur des actions concrètes", a déclaré Katherine Short, chargée du dossier de la pêche au sein de l'organisation de défense de l'environnement WWF.

La Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique et la Commission de protection du thon du Pacifique ont déjà adopté d'importantes diminutions de quotas de pêche.

En novembre, les quotas de pêche au thon en Mediterranée ont été réduits de 32.000 tonnes en 2006 à 29.500 tonnes cette année.

Ces réductions ont été soutenues par le Japon, dont les 127 millions d'habitants raffolent de poissons et coquillages crus et qui est de très loin le premier consommateur mondial de thon. Tokyo a notamment accepté de diviser par deux ses captures de thons rouges du sud à compter de cette année.

Mais les organisations de défense de l'environnement estiment que ces mesures ne vont pas assez loin, et que seuls des gestes draconiens et immédiats, comme une réduction du nombre de bateaux de pêche autorisés dans chaque pays --question qui n'a pas été abordée à Kobe--, pourraient encore empêcher les thons de disparaître des océans.

Les cinq gendarmes de la pêche au thon (Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique, Commission des pêches du centre-ouest de l'océan Pacifique, Commission des thonidés de l'océan Indien, Commission interaméricaine du thon tropical et Commission de conservation du thon rouge du sud) se retrouveront en janvier ou février 2009 en Europe.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Animaux en danger

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article