Jakarta, la mégalopole indonésienne paralysée par les inondations

Publié le par Adriana Evangelizt

Jakarta, la mégalopole indonésienne,

paralysée par des inondations


Les passagers d'un train évacués, le 2 février 2007 à Jakarta

La capitale indonésienne Jakarta était paralysée vendredi par des inondations dues à des pluies torrentielles.

Les crues bloquant la circulation des trains et des voitures touchaient diverses zones de la conurbation Jabodetabek, acronyme des villes de Jakarta, Bogor, Depok, Tangerang et Bekasi, qui regroupe plus de 20 millions d'habitants.

Le niveau de l'eau s'est élevé de plusieurs mètres dans certains quartiers, forçant les habitants à abandonner leur logis et à se réfugier dans des mosquées. Des milliers d'habitants n'ont pu se rendre à leur travail.

Les télévisions montraient les secouristes dans des canots pneumatiques en train de secourir des femmes et des nourrissons isolés par les eaux.

Des axes principaux du centre de la ville, comme l'avenue Rasuna Said ou l'avenue Thamrin, le long desquelles sont installées les ambassades et tours de bureaux, étaient coupés et anormalement déserts.

Des volontaires de la Croix-Rouge indonésienne ont commencé à distribuer des vivres à des milliers de sinistrés bloqués dans les maisons inondées ou campant en bordure de leur quartier.




Une rue de Jakarta inondée le 2 février 2007

Le gouverneur de Jakarta, Sutiyoso, a mis la capitale en état d'alerte. "Certaines zones de l'ouest de Jakarta, comme (le quartier) d'Angke ont été placées en état d'alerte maximale car elles ont été inondées par trois mètres d'eau", a-t-il déclaré, selon l'agence officielle Antara.

Il a ajouté que quatre-vingts pompes mobiles avaient été déployées pour soulager certains quartiers immergés.

Le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono a indiqué suivre l'évolution de la situation depuis son domicile proche de Jakarta.

Un expert météorologiste interrogé par l'AFP a expliqué que la saison sèche durait plus longtemps, concentrant les pluies lors de la saison humide.

"Quand il fait sec il fait très sec et quand il pleut, il pleut beaucoup", a confirmé un autre expert, Mezak Ratag, de l'Agence de géophysique et météorologie (BMG) indonésienne.

Les crues sont un souci fréquent dans la capitale indonésienne, au pic de la saison des pluies (janvier/février).

Début 2002 des inondations y avaient tué plusieurs dizaines de personnes et 300.000 autres s'étaient réfugiés dans des mosquées, des écoles et même des cimetières.




Dans une rue de Jakarta, le 2 février 2007

 

Jakarta est mal préparée aux risques d'inondation accrus par sa croissance échevelée. La ville compte treize rivières et 78 zones facilement inondables.

La capitale indonésienne affronte par ailleurs en ce début 2007 une épizootie de grippe aviaire qui a fait plusieurs morts humaines ainsi qu'une épidémie de dengue qui a fait des centaines de victimes et des dizaines de décès.

Les pluies abondantes ont provoqué plusieurs drames ces dernières semaines en Indonésie, notamment des glissements de terrain dans différentes régions de l'archipel.

La province d'Aceh au nord de Sumatra a subi fin décembre des inondations catastrophiques, qui ont causé des dizaines de morts et des dizaines de milliers de sinistrés.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Catastrophes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article