Climat : les scientifiques lancent un avertissement sans précédent

Publié le par Adriana Evangelizt

Climat: les scientifiques lancent un avertissement

 sans précédent

Voir l'infographie ICI...


Les experts internationaux du climat présentent leur rapport sur le réchauffement, le 2 février 2007 à Paris

La communauté scientifique a lancé vendredi un avertissement sans précédent sur l'ampleur du changement climatique et les dérèglements qu'il suscitera, insistant sur la responsabilité humaine dans le réchauffement de la planète.

"Tout converge pour montrer la part essentielle de l'homme dans le réchauffement du climat", a souligné Susan Solomon, présidente du groupe de travail scientifique en présentant le 4è rapport du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (Giec), consultable sur (http://www.ipcc.ch/pub/un/syrfrench/spm.pdf
).

Jamais cette certitude, acquise à 90%, n'avait été aussi forte depuis la création en 1988 par l'Onu de ce vaste réseau d'expertise mondiale. Sont ainsi directement mis en cause les gaz à effet de serre (dont le dioxyde de carbone, CO2, est le principal) envoyés dans l'atmosphère par les sociétés énergivores en pétrole, gaz et charbon depuis le début de l'ère industrielle.

"Le réchauffement est désormais sans équivoque: tout ce qui bouge autour de nous en témoigne", renchérit le climatologue français Jean Jouzel.

Fruit des études croisées de plusieurs milliers de scientifiques, le pronostic livré aboutit à une perspective de +1,8 à +4°C d'ici la fin du siècle par rapport à la période 1980-1999, une "meilleure estimation" parmi six scénarios envisagés, du plus vertueux au plus débridé.




Montage de deux photos, l'une prise en février 1993, l'autre en février 2000, montrant la fonte de la neige au sommet du Kilimandjaro

Ces valeurs sont donc des moyennes, prudemment adoptées par consensus entre les représentants des Etats, qui n'excluent pas un emballement jusqu'à 6,4 degrés dans le pire des cas et peut-être même deux fois plus aux pôles.

La température moyenne de la Terre s'établit actuellement autour de 14°C, 14,54°C pour 2007 selon les chiffres de la météo britannique.

Outre la hausse du thermomètre, celle du niveau des océans pourrait atteindre près de 60 cm, tandis que les experts jugent "très probable" que chaleurs extrêmes, vagues de chaleur et épisodes de fortes précipitations "continuent de devenir plus fréquents".

Or, "40 cm en plus à la surface des océans, ce sont 20 millions de personnes obligées de fuir leur lieu de vie", insiste Jean Jouzel, qui rappelle que le changement climatique n'affectera pas les seules "générations futures, mais les enfants qui sont en maternelle et même en primaire".

Ces dérèglements sont d'autant plus préoccupants, insiste le rapport, qu'ils resteront inéluctables "pendant plus d'un millénaire".

"Face aux évolutions du climat prévues par les différents scénarios, le facteur premier sera le comportement humain", insistait vendredi le climatologue du CNRS Hervé Le Treut, en appelant les sociétés à "prendre en compte le coût écologique de l'énergie".

"On a le choix: un avenir à forte consommation énergétique où le climat sera difficile à maîtriser, ou un avenir où le changement sera plus maîtrisé. L'essentiel est désormais que les conclusions des scientifiques se traduisent en débat politique réel". Combien de temps reste-t-il avant d'agir? "Trois heures!", lance-t-il sous forme de boutade.

Les scientifiques, relayés par les ONG, espèrent être entendus rapidement par la communauté internationale qui doit décider, à la fin de l'année à Bali, de l'avenir du protocole de Kyoto de lutte contre l'effet de serre.

"Sans vouloir être alarmiste, les émissions de CO2 continuent d'augmenter et leur concentration accrue ne fait qu'accroître le réchauffement. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'on n'est pas sur la voix de la sagesse", insiste M. Jouzel.

"Les preuves sont là et ne sont plus discutables. Personne ne pourra plus agir de la même façon" espère Achim Steiner, le patron du Programme de l'Onu pour l'environnement (Pnue).

L'un des premiers chefs d'Etat à réagir vendredi, son pays ayant organisé la réunion, le président français Jacques Chirac a appelé "à la révolution des consciences, de l'économie (...) et de l'action politique", en ouvrant une conférence destinée à promouvoir son projet de gouvernance écologique mondiale.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article