Projet de réhabilitation des îles du Frioul

Publié le par Adriana Evangelizt

Le projet de développement durable ainsi présenté nous fait quelque peu froncer les sourcils... ainsi augmenter le parc bâteaux de 600 à 1200 c'est forcément polluer davantage l'océan et le transformer en nappe d'huile... construire des hôtels restaurants et encourager le tourisme va pourrir le coin tout simplement. On voit ce que ça donne à Arcachon... un mois de tourisme, 11 mois de nettoyage...

 

Un projet "développement durable"

pour réhabiliter les îles du Frioul


Une partie des îles du Frioul, du château d'If et de la rade de Marseille

Marseille veut redonner vie à l'archipel du Frioul, ces îles à quelques encablures du Vieux-Port où ne poussent que des cailloux, mais avec un projet de "croissance mesurée", loin de celui de Gaston Defferre qui voulait au début des années 70 en faire un nouvel arrondissement.

Les grandes lignes du projet soumis lundi au conseil municipal prévoient un peu plus de logements et un peu plus de tourisme. Mais pas trop. Ce sera un "quartier de développement durable" où les visiteurs pratiqueront "l'éco-tourisme", assure la mairie.

A priori inhospitalières, parsemées de bâtiments militaires à l'abandon, les îles du Frioul ont servi de quarantaine aux marins atteints de maladies contagieuses. Celle d'If, popularisée par Alexandre Dumas qui y fit incarcérer son Comte de Monte-Cristo, était une prison. Pommègues et Ratonneau, aujourd'hui reliées par une digue, sont quasiment désertes en hiver, quand le mistral n'y laisse plus qu'une poignée d'habitants permanents.

Pourtant, le site est privilégié: à deux km du centre de Marseille, la zone classée "Natura 2000" offre 25 km de côtes, avec quelques criques et plages sablonneuses vantées par les brochures touristiques. D'avril à octobre, 4 à 600.000 visiteurs viennent d'ailleurs y passer la journée et en repartent faute d'hébergement.





La ferme aquacole de l'archipel du Frioul, au large de Marseille

L'objectif, dit France Gamerre, adjointe au maire UMP de Marseille en charge du projet, et postulante à l'Elysée sous la bannière de Génération Ecologie, est d'"encourager les activités à l'année et le tourisme de deux à trois jours".

Le projet, "à l'horizon de trois à cinq ans", propose la création d'un hôtel trois étoiles de 80 chambres dans une ancienne friche militaire, d'une résidence hôtelière de 60 chambres, d'un centre de séminaires et de remise en forme. Il entend développer des activités essentiellement tournées vers la mise en valeur des espaces naturels terrestres et marins: éco-tourisme, sports nautiques, plongée, avec la création d'une base de loisirs. Parallèlement, la ville qui manque cruellement de place pour les bateaux de plaisance, prévoit de doubler au Frioul le nombre d'anneaux, qui passerait de 600 à 1.200.

La zone de l'"Hôpital Caroline" - du nom de l'ancien lazaret - qui accueille chaque été un festival de musique, deviendrait "pôle d'animation culturelle et artistique."

Le projet prévoit aussi une "extension très mesurée de l'habitat" avec la construction de quarante logements supplémentaires et des commerces de proximité. "L'idéal, dit France Gamerre, serait d'avoir 4 à 450 habitants à l'année", contre moins de 150 aujourd'hui.

Quant aux visiteurs, leur nombre passerait à 800.000 par an, mais "mieux répartis toute l'année".

Aucun plan de financement
n'est pour l'instant soumis aux élus de Marseille. Ils devront, en tout état de cause, se prononcer en mars sur la modification du plan local d'urbanisme s'ils veulent que le projet voie le jour.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt


Publié dans Mers Oceans Fleuves

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article