La Nasa revoit l'évaluation psychologique de ses astronautes

Publié le par Adriana Evangelizt

Affaire Nowak: la Nasa revoit l'évaluation psychologique

de ses astronautes

Montage de deux photos montrant l'Astronaute américaine avant son interpellation, en juillet 2006, et après, le 5 février 2007

 


La Nasa a annoncé mercredi avoir engagé un réexamen de l'évaluation psychologique de ses astronautes à la lumière d'un drame de la jalousie impliquant deux d'entre eux et une militaire, et qui pourrait entraîner la prison à vie pour l'un des membres de son élite.

En début de semaine, l'astronaute américaine Lisa Nowak, 43 ans, a fait 1.500 km en voiture du Texas (sud) à la Floride (sud-est) pour agresser Colleen Shipman, officier de l'armée de l'air américaine de 30 ans, qu'elle soupçonnait d'entretenir une liaison avec l'astronaute William Oefelein qu'elle convoitait.

Elle a été inculpée de tentative d'assassinat et remise en liberté après le versement d'une caution. L'astronaute, mère de trois enfants, a été relevée de ses fonctions par la Nasa et interdite de vol.

"C'est une affaire personnelle et judiciaire", a souligné lors d'une conférence de presse Shana Dale, administratrice adjointe de la Nasa. Le patron de l'agence spatiale, Mike Griffin, a donné l'ordre "de revoir les examens psychologiques d'admission dans le corps des astronautes ainsi que la nature et l'étendue du suivi psychologique des carrières des astronautes", a-t-elle toutefois ajouté.


Rappelant que de nombreux examens médicaux sont prévus lors de la sélection des astronautes, avant et après les vols dans l'espace, elle a fait valoir que l'affaire Nowak était "unique" et précisé ne pas s'attendre "à des conséquences sur le long terme" pour la Nasa.

Cette affaire prouve "que les astronautes sont des êtres humains, et qu'ils peuvent péter les plombs et se laisser déborder par des émotions n'ayant rien à voir avec leur travail", a commenté l'ex-astronaute français Jean-François Clervoy, qui a été instructeur de Lisa Nowak à Houston au Texas.

"C'était une fille très sérieuse, travailleuse, compétente". "Lors de nombreux tests, elle a su gérer des situations très stressantes", a-t-il précisé à l'AFP.

Pour l'écrivain américain Homer Hickam, un expert des programmes spatiaux, la Nasa est en partie responsable de l'effondrement émotionnel de Lisa Nowak.

"Le service des astronautes à Houston est une organisation qui fonctionne très mal", a-t-il dit sur CNN. "La concurrence y est extrême et le mode de sélection des astronautes pour le peu de sièges dans la navette se fait sans aucune supervision". "Les astronautes ne savent jamais pourquoi ils n'ont pas été retenus pour un vol", a-t-il ajouté.

Pour Homer Hickam, un autre facteur vient du repli des astronautes sur leur groupe, parfois au détriment de leur famille. Lisa Nowak s'était séparée de son mari il y a quelques mois. "Naturellement, quand vous avez des gens jeunes, brillants et en pleine forme enfermés dans une cocotte-minute, ces liaisons amoureuses commencent à éclore", a dit l'écrivain.

Le corps des astronautes compte 135 membres, en majorité des hommes.

Selon le procureur chargé du dossier en Floride, l'odyssée de Lisa Nowak, qui avait emporté dans son sac un revolver à air comprimé et un couteau, n'avait d'autre objectif qu'un "assassinat". Elle est aussi accusée d'agression et de tentative d'enlèvement. Si elle est reconnue coupable de tentative d'assassinat, l'astronaute pourrait être condamnée à la prison à vie.

Son avocat s'est insurgé mardi contre ces inculpations. Lors d'une audience, il a assuré qu'elle ne voulait que parler à la victime et qualifié sa cliente de "femme désespérée" qui a commis une "erreur".

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Mers Oceans Fleuves

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article