L'incendie sur une baleinier fait craindre une marée noire en Antarctique

Publié le par Adriana Evangelizt

Non contents de tuer les animaux, ils risquent de polluer la mer, de surcroît...

Un incendie sur un baleinier fait craindre

 une marée noire en Antarctique

Le baleinier japonais Nisshin-maru vu le 9 février 2007 depuis un bateau de l'organisation militante écologiste Shepperd Sea Conservation Society(AFP/Sea Shhepperd)

La Nouvelle-Zélande a appelé vendredi une flotte de baleiniers japonais à prévenir une pollution de l'Antarctique en acceptant une offre embarrassante de l'organisation Greenpeace de remorquer un de ses navires en détresse après un incendie à son bord.

Un membre de l'équipage du Nisshin Maru est toujours porté disparu, au lendemain de l'incendie qui s'est déclaré sur le pont inférieur du navire, membre d'une flotte japonaise qui doit pêcher quelque 850 baleines et dix rorquals communs d'ici le mois de mars.

Bien que le sinistre soit maîtrisé, les autorités néo-zélandaises craignent que les 1,3 million de litres de carburant présents dans les cales du navire-usine se déversent dans les mers australes.

"Il est impératif que le Nisshin Maru soit remorqué à l'écart des côtes protégées de l'Antarctique, des colonies de pingouins et de la banquise", a déclaré le ministre néo-zélandais de l'Environnement, Chris Carter.

Un bateau de l'organisation écologique Greenpeace, l'Esperanza, qui se trouve dans la zone pour protester contre la chasse aux baleines, a offert ses services mais l'Agence des pêches du Japon les a refusés.

"C'est une tragédie humaine avec un possible désastre écologique. Nous avons l'obligation morale d'agir et en vertu du traité de l'Antarctique, les propriétaires du Nisshin Maru ont l'obligation légale d'accepter notre aide", a déclaré Karlo Thomas, à bord de l'Esperanza, qui continue de faire route en direction du navire japonais. Il ne serait plus distant que de 24 heures.

Le bateau de l'organisation écologique Greenpeace, l'Esperanza, dans les mers australes le 14 février 2007



Compte tenu de la réticence des Japonais, Chris Carter a indiqué qu'un brise-glace américain, le Polar Sea, pourrait également intervenir mais il se trouve à 260 milles de distance.

Un porte-parole de l'Agence des pêches du Japon, Kenji Masuda, a affirmé qu'il "n'y avait pas de menaces de fuite et aucune inquiétude quant au risque de pollution écologique".

"Nous escomptons que le feu s'éteigne de lui-même car nous avons fermé toutes les issues", a-t-il ajouté, refusant de s'exprimer sur la réaction du Japon à la demande de Wellington de remorquer le navire.

Le Nisshin Maru ne semble pas pouvoir être réparé. C'est "un bateau mort", a indiqué Chris Carter, précisant que la Nouvelle-Zélande avait contacté le gouvernement japonais et qu'il s'était entretenu avec l'ambassadeur de Tokyo.

Les causes de l'incendie n'ont pas été identifiées mais les organisations écologistes qui mènent une campagne de harcèlement des navires japonais en mers australes ont été mises hors de cause.

Un moratoire sur la chasse commerciale aux baleines est en vigueur depuis 1986, mais le Japon le contourne en invoquant une clause qui autorise des prises à des fins scientifiques.

Sources Edicom

Posté par Adriana Evangelizt



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article