Exposition des "Trésors engloutis d'Egypte" à Paris

Publié le par Adriana Evangelizt

"Trésors engloutis d'Egypte":

 le demi-million de visiteurs en vue



L'exposition "Trésors engloutis d'Egypte", qui se tient actuellement au Grand Palais à Paris, devrait largement dépasser le demi-million de visiteurs espérés par les organisateurs, a indiqué mercredi l'archéologue sous-marin Franck Goddio, à l'origine de la manifestation.

Entre son ouverture au public le 9 décembre et le 13 février, l'exposition a attiré 447.000 personnes, alors qu'elle court encore jusqu'au 16 mars.

En moyenne, 6.700 visiteurs se pressent quotidiennement sous la verrière du Grand Palais et ce chiffre est en progression constante. "Nous allons essayer d'ouvrir jusqu'à minuit la dernière semaine", promet M. Goddio.

L'exposition partira ensuite pour Bonn (Allemagne), puis Madrid.

M. Goddio s'exprimait à l'occasion de la publication de son livre, destiné aux spécialistes, présentant la topographie des sites sous-marins d'Heracleion-Thonis et de Canopus Est où ont été retrouvés les objets présentés à Paris. "Ce livre, illustré par de nombreux plans et cartes, se veut la présentation d'une méthode en archéologie subaquatique", a-t-il expliqué.

Cet ouvrage en anglais constitue "le travail de base préparatoire à des décennies de fouilles futures", a ajouté l'archéologue, en soulignant l'ampleur du site analysé. La seule zone d'Heracleion, de 2 kilomètres sur 1,5 km, "va demander près de cent ans pour être complètement explorée", a-t-il pronostiqué.

Sur le site du principal port égyptien avant la création d'Alexandrie, l'équipe de M. Goddio a repéré 25 épaves antiques, "pour la plupart en bon état", remontant entre le VIème et le IIème siècle avant notre ère. "Nous avons simplement déblayé en surface pour faire des prélèvements de bois, afin de dater les épaves au carbone 14", a précisé M. Goddio.

"Notre propos n'était pas de faire des fouilles poussées". L'Egypte n'autorise pas en effet la sortie d'objets pour restauration, alors qu'elle ne dispose pas des importantes installations nécessaires pour traiter le bois gorgé d'eau de ces épaves.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Egypte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article