Les bases françaises plongent dans l'hiver austral

Publié le par Adriana Evangelizt

Je l'avoue, nous sommes complètement fascinés par cette base Dumont d'Urville. Nous aimerions y vivre. Nul doute que les personnes qui vont là-bas et y restent de longs mois sont, quelque part, des solitaires.

Les bases françaises antarctiques plongent dans l'hiver austral

 


DUMONT D'URVILLE (Terre Adélie)


Les deux tours de la station franco-italienne Concordia, en Antarctique, sur le Dôme C, à 3.200 m d'altitude, le 27 janvier 2007

Les bases françaises en Antarctique - Concordia, Cap Prud'homme, Dumont d'Urville - entrent l'une après l'autre en hivernage avec l'arrivée de l'hiver austral et le départ des scientifiques et personnels de la "campagne d'été".

A la station franco-italienne de Concordia, à 3.200 m d'altitude, où les températures pouvent atteindre près de -80° C., les 14 hivernants se sont retrouvés seuls dès les premiers jours de février : après le départ du "raid" de ravitaillement de la station, puis, par avion, des derniers personnels de l'été.

Les hivernants - 8 Français et 6 Italiens - doivent désormais vivre en autarcie complète jusqu'en novembre.

La petite station franco-italienne de Cap Prud'homme, sur la côte, base logistique de Concordia, ferme pour sa part totalement pendant l'hiver. Les énormes tracteurs Caterpillar du raid seront mis à l'abri dans un souterrain fin février après avoir été révisés, et seront prêts à repartir en novembre 2007.

Enfin, début mars, ce sera au tour des 26 hivernants (dont 6 femmes) de la base de Dumont d'Urville de se retrouver seuls, après le départ du bateau l'Astrolabe affrêté par l'Institut polaire français Paul-Emile Victor (Ipev).

Sur cette station, explique Franck Gérard, responsable du district, certaines parties seront totalement fermées pour l'hiver, telles que les installations d'été, essentiellement des dortoirs.

Le départ des anciens hivernants et des membres de la campagne d'été sera vécu comme "une déchirure", reconnaît Franck Gérard. "Mais en même temps, on sera heureux d'être chez nous".

Chaque station, souligne-t-il par ailleurs, vit son hivernage de façon différente. "A Concordia, les personnes qui restent sont des solitaires".



La base Dumont d'Urville

En revanche, à Dumont d'Urville où la moyenne d'âge est de 25 à 26 ans, "ce sont des jeunes qui ont besoin du groupe". L'hivernant le plus âgé, le cuisinier, a 59 ans, le plus jeune, le pâtissier, 18 ans. Et "la plupart des autres ont autour de 24 ans", précise-t-il.

Par ailleurs, si le groupe de Concordia passe sa vie entre les expérimentations sur le terrain par des températures extrêmes et les bureaux des scientifiques, à Dumont d'Urville, où le froid est nettement moins intense (- 35°), les hivernants se plaisent à sortir: le paysage varie en permanence (falaises de glace du glacier Astrolabe, formation de la banquise...).

"On ne s'ennuie jamais dans un lieu comme cela, il y a toujours quelque chose à découvrir. Ne serait-ce que la lumière, toujours différente, jouant avec la glace, les cristaux de neige..." s'émerveille Emilie Beaudon après un hivernage à Dumont d'Urville à 23 ans.

La faune elle-même sent l'approche de l'hiver. D'ici avril, les oiseaux marins - skuas, pétrels... - qui viennent se reproduire pendant l'été austral sur les rochers à nu de l'île des Pétrels, auront tous quitté leurs nids pour une destination encore inconnue des scientifiques.

"On ne sait pas où ils sont en hiver", reconnaît Yves Cherel, directeur de recherche en écologie au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) de Chizé (Deux-Sèvres).

Les manchots Adélie quitteront eux aussi les alentours de Dumont d'Urville dans les deux mois à venir, pour ne regagner leurs nids qu'en octobre prochain.

Mais dès que la banquise sera formée, fin mars, début avril, les manchots Empereur arriveront pour se reproduire sur la glace, non loin de la base. Ils y resteront jusqu'en décembre, offrant aux hivernants un spectacle constamment renouvelé.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Arctique-Antarctique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article