Pakistan : Deux hommes et une femme tués pour adultère

Publié le par Adriana Evangelizt

On voit là l'évolution de la société et les principes criminels imposés par les religieux radicaux. Quand on sait comment sont considérées les femmes par ceux qui sont endoctrinés et suivent au pied de la lettre les pseudos "livres sacrés", on a beau nous seriner que tous les êtres naissent égaux, nul besoin d'être voyant pour constater le statut de la femme. Une machine à reproduire. Et rien d'autre. Il n'y a qu'à voir comment sont traités les femmes dans le monde et plus particulièrement dans les pays "orientaux"... en Arabie Saoudite, elles n'ont même pas le droit de conduire. En Afghanistan, c'est pire que du temps des Talibans... c'est dire que Bush y a apporté la démocratie. Allez voir la liste des pays qui pratiquent les crimes d'honneur. Il y en a 51 dont la France, l'Allemagne, Israël et 5000 femmes en meurent tous les ans. Lire aussi Taliban d'Israël pour voir comment les ultra-orthodoxes ou Haredim traitent la gent féminine. Ainsi, il existe une compagnie de bus où les femmes sont obligées de monter par la porte arrière et de s'asseoir dans le fond tandis que ces messieurs ont droit aux places devant. Tout comme ils étudient la sainte Thora toute la journée alors que les épouses sont obligées d'aller bosser pour faire vivre leur chère moitié. Moi, j'appelle ça du proxénétisme ! Où va-t-on ? J'aimerai voir que mon mari ou mon conjoint passe ses journées avec ses copains à se dandiner devant la Bible et que bibi soit obligée d'aller bosser à la chaîne pour nourrir cette feignasse. Oui, j'aimerai le voir. Figurez vous qu'en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, ses fripes passeraient par la fenêtre et lui par la porte. Religieux ou pas. Mais il n'y a pas que dans ces pays-là que les femmes sont victimes de ces types peu catholiques que je vomis complètement. En France, une femme meurt tous les quatre jours sous les coups de l'immonde conjoint avec qui elle partage sa vie. On n'a pas besoin d'aller très loin pour voir comment certains individus traitent leurs épouses. Comme une bonne à tout faire, même dans mon entourage. Ce qui bien sûr ne va sans quelques frictions quand nous sommes invitée et que le maître de maison ne peut mêmepas laisser sa femme manger tranquille, il faut qu'elle se lève plusieurs fois pour aller chercher divers trucs à Monsieur. La dernière fois, je lui ai dit "Tu restes assise ! Et toi, tu bouges ton cul et tu vas chercher tes cigarettes !" Si je vous dis que le ton est monté et que je n'ai pas mangé le dessert, je suppose que cela ne vous étonnera pas ! Il commence à y en avoir marre de ces mâles sinistres qui se prennent pour Dieu le père...

Pakistan: deux hommes et une femme lapidés

et tués pour adultère

Publicité géante dans une rue d'Islamabad


Deux hommes et une femme ont été lapidés puis tués par balles pour adultère par des militants d'un groupe islamiste dans la zone tribale pakistanaise, théâtre depuis plusieurs mois d'une "talibanisation" rampante aux portes de l'Afghanistan.

Les exécutions, menées par des militants du groupe Lashkar-e-Islam (Armée de l'Islam), se sont déroulées mercredi dans la région de Bara, dans le district tribal de Khyber, frontalier de l'Afghanistan, devant une foule de quelque 800 habitants, ont-ils expliqué.

Les membres du groupe, dirigés par un religieux local, Mangal Bagh, ont fait irruption dans une maison où, selon des habitants, les trois victimes menaient des "activités illégales".

"Les hommes du Lashkar-e-Islam les ont arrêtés et après enquête il a été prouvé qu'ils étaient coupables d'adultère", a affirmé un militant du groupe sous couvert d'anonymat.

Les deux hommes ont été identifiés comme Allah Noor et Shahzad, deux locaux, et la jeune femme, Taslima, venait "d'ailleurs", a-t-il ajouté. Les trois victimes ont été attachées à un arbre et des hommes se sont réunis autour d'eux pour leur lancer des pierres. Deux membres du groupe islamiste se sont ensuite approchés, masqués, pour les abattre avec leur kalachnikov, ont indiqué des témoins.

L'administration locale, réduite au minimum dans les zones tribales qui jouissent d'une large autonomie, n'est pas intervenue. "Nous avons des informations à propos de ces meurtres, mais nous n'intervenons pas dans les affaires liées aux coutumes et traditions tribales", a expliqué un administrateur local.

Le leader du Lashkar-e-Islam, Mangal Bagh, est un proche du responsable religieux pakistanais Munir Shakir dont les partisans s'étaient affrontés l'an dernier à Bara à ceux d'un autre groupe dirigé par un religieux d'origine afghane, Pir Saifur Rehman.

Les combats entre les deux factions avaient fait quelque 25 tués.

Les sept districts de la zone tribale pakistanaise courent sur environ 600 km le long de la frontière afghane. Leurs statuts, hérités de la colonisation britannique, leur confèrent une autonomie très large: l'autorité de l'Etat ne s'exercent que le long des axes routiers principaux et l'administration n'y est représentée que par un "agent politique" aux moyens limités.

Peuplée de Pachtounes d'une farouche indépendance, la zone tribale a été le refuge de nombreux militants islamistes - talibans afghans et pakistanais et étrangers liés à al-Qaïda - après le renversement du régime fondamentaliste afghan fin 2001. Loin d'y être interdit, le port d'armes est traditionnel et les coutumes, très conservatrices, sont fortement imprégnées des principes de la Charia, la loi islamique.

L'armée pakistanaise a mené depuis octobre 2003 de multiples opérations militaires contre les militants islamistes dans le sud de cette zone tribale, dans les deux districts nord et sud du Waziristan, avant de conclure avec eux des "accords de paix", laissant le champ libre aux militants qui se présentent eux-mêmes commes des talibans pakistanais.

Plus au nord, les exemples se multiplient de l'influence de ces groupes militants: fermeture de magasins vidéo, autodafés de téléviseurs sur les places publiques ou encore l'interdiction faite aux coiffeurs de couper les barbes.

"Le Pakistan paye aujourd'hui son soutien aux extrémistes d'Afghanistan. Ils ont introduit la culture de la kalachnikov, puis celle de l'héroïne, et maintenant c'est la talibanisation de notre société", a affirmé à l'AFP Iqbal Haider, secrétaire général de la Commision pakistanaise des droits de l'Homme.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Religions Extrêmisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article