Vietnam: huit ans de prison pour un prêtre dissident de renom

Publié le par Adriana Evangelizt

Pauvres gens... félicitons-nous de nous être incarnés dans certains pays du monde occidental sinon nous serions déjà morts avec l'esprit de rebellion qui nous caractérise. Vive la liberté dans les pays communistes ! 10 000 personnes en font les frais tous les ans en Chine grâce aux condamnations à mort. Mais là, on n'entend pas Bush dire qu'il veut "démocratiser".

Au Viet-nam, le prêtre Van Ly va donc purger une peine de 8 ans de prison après en avoir déjà fait 14. Tout ça parce qu'il a créé un mouvement pro-démocratique qui s'oppose donc forcément au Parti communiste. A partir du moment où vous vous opposez vous faites de la propagande contre le régime établi et vous êtes embastillé. Le Viet-nam qui a fait le gros dos juste le temps d'être admis à l'OMC comme si l'on ne savait pas ce qu'il s'y perpètre réellement. L'arrestation de Van Ly a bien entendu provoqué tout un tas de critiques de défenseurs de droits de l'Homme à l'étranger. Mais la haute autorité vietnamienne fait un peu comme le Japon pour contourner les lois ou, plus simplement, se trouver des excuses et des alibis... ils rétorquent -et ça vaut son pesant d'or- : "La Constitution du Vietnam protège la liberté d'expression, mais le Parti communiste ne tolère pas la critique"... ça ne s'invente pas ! Quand on sait que c'est le Parti Communiste qui gouverne, on ne se leurre pas sur la Constitution qui ressemble forcément à la nôtre... Tous les hommes naissent libres et égaux !

Vietnam: huit ans de prison

 pour un prêtre dissident de renom


Capture d'écran montrant le prêtre Van Ly (C), entouré de policiers lors de son procès à Hue, le 30 mars 2007

Le prêtre dissident Nguyen Van Ly, qui a déjà passé 14 ans derrière les barreaux, a de nouveau été condamné à huit ans de prison vendredi à Hué (centre du Vietnam) pour propagande contre le régime communiste.

Quatre autres accusés comparaissaient à ses côtés, deux femmes et deux hommes, qui ont été condamnés à des peines allant de un an et demi de prison avec sursis à six ans de prison ferme.

"Le comportement des accusés équivaut à de la propagande contre l'Etat socialiste", a déclaré le juge Bui Quoc Hiep, à l'issue d'un procès de quelques heures.

Le père Ly, 60 ans, était accusé d'être à l'origine du mouvement pro-démocratique appelé "bloc 8406", né en avril 2006 et qui revendiquait à l'automne 2.000 signataires, ainsi que de soutenir des groupes politiques illégaux, dont le Parti progressiste du Vietnam.

Les autres accusés, Nguyen Phong, 32 ans, Hoang Thi Anh Dao, 21 ans, Nguyen Binh Thanh, 51 ans, et Le Thi Le Hang, 44 ans, ont tous reconnu devant la Cour populaire de Hué être membres de ce Parti progressiste.

Les autorités vietnamiennes ont multiplié les actions contre la dissidence ces derniers mois, visant surtout les membres de ce "bloc 8406". Début mars, deux avocats de renom, Nguyen Van Dai et Le Thi Cong Nhan, ont notamment été arrêtés et pourraient être jugés, également pour propagande contre le régime.

Avec ces interventions, le pays s'est attiré de nombreuses critiques de groupes de défense des droits de l'Homme à l'étranger, qui l'ont accusé de resserrer la vis après avoir engrangé d'importants succès sur la scène internationale, comme son entrée à l'Organisation mondiale du Commerce (OMC).

Pour Reporters sans frontières, qui avait appelé les juges à "relaxer les accusés", "le procès du père Nguyen Van Ly (était) un test très important pour la crédibilité de la justice vietnamienne".

"La Constitution du Vietnam protège la liberté d'expression, mais le Parti communiste ne tolère pas la critique", avait affirmé dans un communiqué l'organisation basée à Paris.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Science

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article