Le séisme aux Salomon a soulevé de plusieurs mètres une île entière

Publié le par Adriana Evangelizt

Le séisme aux Salomon a soulevé de plusieurs mètres

 une île entière

 


Hendrik Kegala (d) and Jady (g) assis sur un récif de corail, mis à nu par le séisme, le 7 avril 2007 à Ranongaa

Le séisme de magnitude 8, survenu lundi au large de l'archipel des Salomon, en Océanie, a soulevé de plusieurs mètres une de ses îles, mettant à nu toute une barrière de corail.

Ranongga, une île reculée de la Province Occidentale des Salomon, a échappé, à la différence du reste de la région, à la dévastation provoquée par le tsunami qui a suivi le séisme de lundi.

Et pour cause. Tandis que les vagues dévastaient les îles voisines, faisant 34 morts, le tremblement de terre avait déjà soulevé Ranongga.

"Plein gros bruit", raconte à l'AFP Hendrick Kegala, dans l'anglais approximatif qui lui sert de dialecte. "L'eau partir et pas revenir", ajoute-t-il. Selon cet habitant, le grondement du séisme a coïncidé avec un retrait de l'océan d'environ 70 mètres et une élévation de l'île de plusieurs mètres.

Près d'une semaine plus tard, voilà donc complètement à nu la barrière de corail qui faisait la réputation de l'île. Elle grille sous le soleil ardent, couverte de poissons morts, d'anguilles et de coquillages desséchés, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les organisations humanitaires n'ont pas encore pu se rendre sur cette petite île de 32 km de long et 8 de large.

Mais Jackie Thomas, responsable du WWF, se souvient de l'importance de la barrière de corail. "Les poissons des récifs sont la source principale de protéines des villageois... Ils emploient de plus les coquillages comme outils et comptent sur l'océan pour satisfaire nombre de leurs besoins", explique-t-elle depuis Gizo, capitale de la Province Occidentale.

WWF avait participé ces dernières années avec la population locale de l'île à une opération visant à assurer une gestion durable des coraux.

"Encore un autre environnement marin détruit", laisse-t-elle tomber. "Les villageois vont devoir aller plus loin pour trouver la même nourriture... C'est toute la chaîne alimentaire qui est perturbée", avertit-elle.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Catastrophes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article