Un nouveau Proche-Orient dicté par les changements climatiques

Publié le par Adriana Evangelizt

Lire Le rôle de l'eau dans la politique israélienne d'occupation de la Palestine

Un nouveau Proche-Orient dicté par les changements climatiques


par Yael Ancri





Des vagues de chaleur, d’énormes incendies et un grave manque d’eau – voici le nouveau Proche-Orient qui pourrait bien nous attendre si les sombres prophéties des experts sur l’évolution du climat se réalisent. Il ne s’agit guère du nouveau Proche-Orient rêvé par Shimon Pérès.

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a publié cette semaine un rapport sur les conséquences actuelles et attendues du réchauffement du globe au Proche-Orient. Ce rapport s’inscrit dans le cadre de la publication de la deuxième partie du nouveau rapport sur les modifications climatiques dans le monde.

Le rapport met en garde devant les modifications de climat dans les régions désertiques et semi désertiques, tel le Proche-Orient, qui rendront plus difficile l’approvisionnement en eau, à cause d’une baisse du nombre de précipitations et d’une hausse des températures, qui provoquera une augmentation de la demande en eau dans le domaine agricole. Le GIEC explique que même une faible modification de la température du globe risque d’avoir des conséquences dramatiques, dont des vagues de chaleur, des épidémies de maladies et d’insectes ravageurs, des inondations au niveau des bords de mer. Ces modifications ne seront pas sans conséquences sociales et économiques.

En Egypte, il est estimé que 12 à 15% des terrains agricoles dans le delta du Nil seront inondés et perdus, de même que d’immenses terrains habités et de centres économiques de la région du bord de mer, en plus de l’absence des précipitations. La disparition des précipitations menace également Israël, la Jordanie et le Liban, qui n’était pas considérée jusqu’à présent comme un pays manquant d’eau.

« Les changements climatiques doivent nous inquiéter non seulement au niveau environnemental ou en ce qui concerne l’approvisionnement en eau, » affirme Zékharya Tagar de l’organisation des amis du globe au Proche-Orient. « Les conséquences sociales des modifications de climat dans les pays nous entourant risquent de déstabiliser politiquement les pays arabes modérés. Des vagues de réfugiés de l’environnement quitteront l’Egypte et les autres pays, comme dans le cas tragique du Darfour. La destruction de la base économique et des régions habitables de centaines de milliers de gens au Proche-Orient aura de très graves conséquences politiques et constitue une menace stratégique pour Israël. »

A l’heure du dessalement, on croyait que les prévisions sur les guerres pour l’eau n’étaient plus d’actualité. Cependant, les prévisions, selon lesquelles les sources d’eau au Liban diminueront de 15% à cause du réchauffement moyen de 1,2 degrés Celsius, font craindre un nouveau conflit avec nos voisins du Nord, au sujet des sources du Jourdain.

L’importance du rôle des changements climatiques comme catalyseurs de conflits internationaux est reconnue par l’ensemble de la communauté internationale. Le 17 avril aura lieu un débat spécial du Conseil de sécurité de l’Onu sur les conséquences sécuritaires des modifications du climat. Parallèlement, le Congrès américain est sur le point d’approuver une loi imposant la préparation d’estimation de la situation et des dangers sécuritaires que renferment les modifications climatiques dans le monde.


Sources
Arouts 7

Posté par Adriana Evangelizt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article