Histoire du mammouth

Publié le par Adriana Evangelizt

Je vois qu'il y a beaucoup de jeunesse qui passe sur ce blog, ce qui me fait chaud au coeur... et la jeunesse, il faut qu'elle apprenne l'histoire de notre terre. Alors il y aura de temps en temps un petit cours pédagogique... sourire... nous avons vu précémment qu'un bébé mammouth a été retrouvé. Qui sont les Mammouths ? A Quelle époque vivaient-ils ? Bien que les réponses des scientifiques ne soient souvent qu'hypothétiques, voilà quelques réponses...

 

Histoire du mammouth

Les mammouths sont des mammifères éteints de la famille des éléphantidés.

Le genre Mammuthus était un groupe largement répandu, bien adapté au froid. Venant d’Afrique, les mammouths se sont dispersés vers l’Eurasie, puis vers l’Amérique du Nord au Pléistocène inférieur.

Historique de leur découverte

Le mot Mammouth fut fixé au cours du XVIe siècle par Nicolas Witsen, voyageur Hollandais. Bien que l'origine exacte de ce terme soit inconnue, il est possible qu'il provienne d'une légende des Iakoutes de Sibérie, selon laquelle les défenses de mammouth provenaient d'animaux vivants, sortes de rats géants. Ainsi « Ma » signifierait terre, et « mut » la taupe. Une autre thèse évoque le Béhémoth, animal monstrueux du livre de Job, comme origine.

Description

Comme tous les éléphantidés, les mammouths étaient de grands mammifères présentant une tête volumineuse avec une trompe et un corps massif, aux membres en piliers munis de 5 doigts. Au cours de son évolution, la taille de ses oreilles et de sa queue a fortement diminué, un admirable clapet anal est apparu et trois couches ont permis de le protéger contre le froid : une couche de graisse de 8 cm, une peau de 2 cm d'épaisseur et trois types de poils, dont les derniers, ceux qui encaissaient les chocs thermiques, pouvaient atteindre un mètre de longueur.

Les plus anciennes espèces que l'on peut attribuer au genre mammouth sont originaires d'Afrique :

 

# Mammuthus subplanifrons (4 millions d'années) est connu uniquement par des molaires et une défense ;

# Mammuthus africanus (entre 3 et 4 millions d'années) fait encore l'objet de controverses.

Classification et évolution

A  partir de cette origine africaine se développent en Eurasie puis en Amérique plusieurs espèces qui pour partie ont pu être contemporaines :

# Mammuthus gromovi (Garutt et Alexeieva 1965), le plus primitif de la lignée en Europe ;

# Mammuthus meridionalis (Nesti 1825), le mammouth du sud, espèce eurasienne la plus ancienne (2,6 à moins d'un million d'années) qui gagne l'Amérique du Nord il y a 1,5 millions d'années ;

# Mammuthus trongontherii (Pohlig 1885) en Europe de l'Est puis qui s'étend vers l'Europe de l'Ouest vers -600000 ans ;

# Mammuthus intermedius (Jourdan 1861), défini à Lyon et ancêtre du suivant ;

# Mammuthus primigenius, le mammouth laineux, en Sibérie qui apparaît vers -60 0000 ans, s'étend en Europe de l'Ouest vers -20 0000 ans puis traverse le détroit de Béring exondé durant la Dernière Glaciation et se développe en Amérique du Nord ;

Molaire de mammout

 

# Mammuthus columbi, le mammouth de Colomb, en Amérique du Nord tempérée, issu de Mammuthus meridionalis et qui est à l'origine de Mammuthus exilis, vers -35 000 ans, espèce insulaire naine des îles de Californie.

Les dates d'extinction des mammouths peuvent être estimées à :

# -12 000 ans pour Mammuthus exilis ;

# -10 000 ans pour Mammuthus columbi et Mammuthus primigenius en Amérique du Nord et pour Mammuthus primigenius en Europe ;

# -3 700 ans pour les dernières formes naines de Mammuthus primigenius dans l'île Wrangel au nord est de la Sibérie.

Les mammouths ont sans doute disparu suite à un réchauffement rapide (en environ 1000 ans), ce qui a contribué à faire disparaître la steppe à mammouth, faite d'herbe et d'arbustes, au profit des forêts de conifères au sud et des régions couvertes de neige au nord. Les molaires du mammouth sont parfaitement adaptées au broutage de l'herbe mais sans doute pas à celui des feuillages d'arbres.

Auparavant, le mammouth s'était adapté à plusieurs glaciations et réchauffements successifs par modifications de sa pilosité ainsi que de la taille et de la forme de ses défenses. La responsabilité de l'homme est parfois avancée, mais cela n'est pas clairement démontré.

Restes préservés

Squelette du Musée national d'Histoire naturelle de Neuchâtel

Des restes de mammouths congelés ont été découverts dans les parties septentrionales de la Sibérie. Cependant, la croyance populaire selon laquelle les mammouths ont étés gelés instantanément et sont ainsi parfaitement préservés est un mythe propagé par des pseudo-scientifiques comme Immanuel Velikovsky. La bonne conservation est très rare, et implique que l'animal ait été enterré rapidement dans des liquides ou semi-liquides tels que du limon, de la boue ou de l'eau qui auraient ensuite gelé.

Plusieurs possibilités sont envisageables. Des mammouths ont pu être piégés dans des marais ou des sables mouvants, et mourir de faim ou de froid, ou encore se noyer. Ils ont pu passer à travers la glace dans des étangs ou des nids de poule. On sait que beaucoup sont morts dans des rivières, probablement en ayant été emportés par leurs flots. Dans la rivière Berelekh en Iakoutie, au nord-est de la Sibérie, plus de 9 000 ossements d'au moins 156 différents individus ont été retrouvés, apparemment rassemblés par le courant.

À ce jour, trente-neuf corps préservés ont été trouvés, bien que seulement quatre soient complets. Dans la plupart des cas, la chair montre des signes de putréfaction avant son gel et sa dessication. Les histoires de mammouths congelés dont la chair était encore mangeable après décongélation abondent, mais les sources sérieuses [1] indiquent en fait que les cadavres étaient fort décomposés, et que l'odeur était si repoussante que seuls les chiens accompagnant les auteurs de la découverte avaient montré de l'intérêt pour la viande.

Squelette de mammouth du Musée de Saint-Pétersbourg

Par ailleurs, de grandes quantités d'ivoire de mammouths ont été découvertes en Sibérie. Les défenses de mammouth ont fait l'objet de commerce depuis au moins 2 000 ans, et s'échangent à prix d'or. Güyük, le Khan des Mongols au XIIIe siècle, est connu notamment pour avoir possédé un trône fabriqué en ivoire de mammouth.

En s'appuyant sur un cas reporté de croisement entre un éléphant d'Afrique et un éléphant d'Asie, certains ont développé la théorie que si les mammouths étaient encore vivants aujourd'hui, ils pourraient se croiser avec des éléphants d'Asie.

Cela a conduit à l'idée qu'un animal proche d'un mammouth pourrait être recréé à partir de matériel génétique de mammouth congelé utilisé en combinaison avec celui d'un éléphant indien. Pour mettre cette théorie en application, les scientifiques espèrent retrouver des organes reproductifs de mammouth en bon état afin de faire revivre des gamètes.

Par ailleurs, en décembre 2005, une équipe de chercheurs allemands, britanniques et américains a réussi à obtenir de l'ADN mitochondrial de mammouth, ce qui a permis de mettre en évidence la relation étroite entre le mammouth et l'éléphant d'Asie. Il semble que les éléphants d'Afrique appartiennent à une branche différente du mammouth, dont la lignée se serait séparée il y a environ 6 millions d'années, à l'époque où par ailleurs on assistait à la séparation entre gorilles, chimpanzés et êtres humains.

Les mammouths et l'homme

Il existe de nombreux indices de coexistence entre les deux espèces :

# présence d'outils ou d'œuvres d'art réalisés aux dépens d'ossements de mammouths ;

# représentations picturales sur les parois de certaines grottes, en particulier à Rouffignac ou à Pech Merle ;

# représentations sculptées dont un exemplaire gravé dans une défense, présenté pour la première fois à l'exposition universelle de Paris en 1867.

Mammouths et cryptozoologie

Le bruit a parfois couru que le mammouth ne serait pas vraiment éteint et que de petits troupeaux isolés survivraient dans la toundra de l'hémisphère nord, vaste et peu peuplée. Vers la fin du dix-neuvième siècle, selon Bengt Sjögren (1962), des rumeurs persistaient sur la survie de mammouths au fin fond de l'Alaska. En octobre 1899, un certain Henry Tukeman aurait raconté en détail comment il avait tué un mammouth en Alaska et avait ensuite donné l'exemplaire à la Smithsonian Institution de Washington, D.C. Mais le musée a nié l'affaire, qui s'est révélée être un canular. Sjögren (1962) croit que le mythe a commencé quand le biologiste américain C.H. Townsend, lors d'un voyage en Alaska, a vu des Esquimaux échanger des défenses gigantesques, qu'il leur a demandé si des mammouths vivaient toujours en Alaska et qu'il leur a montré un dessin de l'animal.

Au XIXe siècle, plusieurs rapports sur « de grandes bêtes velues » ont été transmis aux autorités russes par un membre d'une tribu sibérienne, mais aucune preuve scientifique n'a jamais été fournie. En 1946, un chargé d’affaires français travaillant à Vladivostok, M. Gallon, a assuré qu'en 1920 il avait rencontré un trappeur russe qui prétendait avoir vu des « éléphants » géants et velus, vivant au cœur de la taïga. Gallon ajoutait que ce trappeur n'avait même pas entendu parler auparavant des mammouths et qu'il parlait des mammouths comme d'animaux vivant dans la forêt, à une époque où on les imaginait vivant dans la toundra et dans la neige (Sjögren, 1962). On s'appuie aussi sur une photo prise par les forces aériennes soviétiques pendant la Seconde Guerre mondiale, mais aucune autre photo n'est venue la confirmer.

 Note

1 William R. Farrand, « Frozen mammoths and modern geology », dans Science, 133 (1961), p. 729-735.

Sources Wikipedia

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Animaux prehistoriques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article