La Taïga

Publié le par Adriana Evangelizt

Et après la Toundra, on passe à la Taïga...

La Taïga


La taïga (du russe Тайга) est un biome et une formation végétale caractérisé par ses forêts boréales de conifères, scientifiquement appelées Aciculisylvae.

C'est une région biogéographique nordique subarctique dans laquelle la flore est principalement composée de sapins et autres conifères à feuilles persistantes, qui sont adaptés au climat froid. La taïga est la zone la plus septentrionale de la planète encore boisée.

Les marais et leurs plantes associées sont également communs dans cette zone, qui couvre la majorité des terres intérieures du Canada, de la Scandinavie et du nord de la Russie.

Il s'agit de l'une des principales réserves d'oxygène de la planète.

Situation

La taïga dessine en fait une large bande sous la toundra[1] des régions arctiques. La taïga apparaît dans l’hémisphère Nord comme un vaste anneau circumpolaire, presque continu sur 50 km (60 km en Eurasie, 3 5 en Amérique du Nord), simplement interrompu par le détroit de Béring et par l’océan Atlantique. Cette zone couvre donc la majorité des terres intérieures du Canada, de la Scandinavie et du nord de la Russie.

Climat

Les écosystèmes de la taïga connaissent des températures annuelles moyennes se situant entre –1°C et 0°C. Les températures moyennes d’été se situent entre 10 et 15°C, mais les moyennes minimales d'hiver peuvent descendre au-dessous de -3°C. Les précipitations, régulières tout au long de l’année, sont de l'ordre de 4 à 8 mm par an. Le temps alterne brouillard,  neige et pluie. On peut donc parler de climat continental plutôt affirmé.

Sol

Le sol de la taïga est très acide, en raison du climat et de la végétation, il est dénommé podzol ou podzosol.

Sous un climat froid, les matières organiques (feuilles, bois) issus des végétaux se décomposent lentement en dégageant des acides organiques. Ces acides réagissent avec les quelques bases restant dans le sol (calcaire ou autre) et les entrainent vers les nappes et rivières par le phénomène du lessivage. Résultat, les sols sont à la fois pauvres en éléments minéraux utiles aux arbres et très acides.

Ce sol acide se retrouve également dans les régions tempérées à conifères, cette pédogenèse en partie dûe aux persistants (notamment les grands conifères tels les épicéa et pins).

Végétation

Les arbres les plus répandus dans la taïga sont des conifères adaptés au froid, comme les mélèzes, les épicéas, les pins et les sapins. On y trouve également des feuillus, notamment les bouleaux, les saules, les peupliers et les sorbiers.

Il y a également des marais, avec toute la végétation qui leur sont associées.

Faune

C'est la zone la plus au Nord dans laquelle les espèces qui ont besoin de quelques arbres peuvent survivre. Un nombre considérable d'oiseaux tels que la grive sibérienne (ou grive obscure), la grive blanche et la grive à gorge foncée émigrent vers cet habitat pour tirer profit des longues journées d'été et de la nourriture abondante en insectes durant cette saison.

Quelques oiseaux carnivores et certains grands oiseaux omnivores qui peuvent y trouver des proies vivantes ou des carcasses sont également présents dans cette zone pendant l'hiver. Parmi ceux-ci, le bec croisé, l'aigle doré et le busard.

Relativement peu de mammifères peuvent faire face aux durs hivers. Parmi ceux qui le peuvent, on trouve l'élan, le lynx, le loup, le castor,  le lièvre des neiges, le lemming, le caribou et plusieurs membres de la famille des mustélidés tels que le glouton et la martre des pins.

Dégâts liées aux activités humaines

Du fait d'une nature très fragile, les atteintes d'origine anthropique sur les zones de taiga restent visibles très longtemps. Il faut plusieurs siècles pour que les arbres repoussent jusqu'a leur hauteur adulte.

Sources Wikipedia

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Déserts et plaines

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article