Monaco : efforts désespérés pour sauver un baleineau à l'agonie

Publié le par Adriana Evangelizt

Souhaitons bonne chance à Désirée, bébé rorqual orphelin de sa mère et dans l'incapacité de s'alimenter. Notons le formidable élan qu'à suscité le prince Albert II pour sauver l'animal.

Monaco: opération de la dernière chance

 pour sauver un baleineau à l'agonie

Photo Dominique Faget AFP

Une ultime opération de sauvetage d'un baleineau à l'agonie depuis une semaine au large de la Côte d'Azur était en train de se mettre en place vendredi après-midi entre Monaco et Roquebrune-Cap-Martin (Alpes-Maritimes), a-t-on appris de sources concordantes.

Une "cellule de crise" a été constituée sous l'impulsion du prince Albert II dans l'idée d'attirer le baleineau vers un berceau flottant au sein duquel il pourra être nourri et soigné.

"C'est un petit rorqual commun de six mois qui a perdu sa mère pendant l'allaitement. Il n'a donc pas pu apprendre à aller chercher sa nourriture au fond de l'eau et est en train de dépérir", a expliqué Mike Riddell, responsable de la Réserve Internationale Maritime en Méditerranée Occidentale (RIMMO) lors d'une conférence de presse à Monaco.

Les chances de sauver "Désirée", ainsi qu'a été baptisée ce rorqual femelle de 8 mètres de long et 4 tonnes, sont "infimes", ont précisé les acteurs de l'opération. Celle-ci mobilise, outre RIMMO, la Direction des affaires maritimes et la Direction de l'Environnement de Monaco, la Fondation Prince Albert II, le Musée Océanographique de Monaco, la police maritime, les pompiers et l'Accord sur la conservation des cétacés de la Mer noire, de la Méditerranée et de la zone atlantique adjacente (ACCOBAMS).

Le brancard flottant qui a été mis à l'eau pour accueillir le baleineau a été mis à disposition, ainsi qu'une équipe de techniciens, par le conseil général des Alpes Maritimes.

"Depuis dimanche, nous suivons l'animal, qui continue de se déplacer lentement. Quatre plongeurs vont se mettre à l'eau et tenter de l'approcher sans l'affoler pour le faire pénétrer dans la structure composée de filets très lourds, très serrés, arrimés à des flotteurs", a expliqué Mike Riddell.

La structure sera ensuite déplacée dans une zone abritée permettant de dispenser à Désirée les soins nécessaires: "On le nourrira avec des sondes gastriques. On ne pourra pas reconstituer le lait de baleine mais on lui donnera du poisson très fin avec des vitamines. S'il accepte les quatre premiers kilos, on augmentera les quantités".

Le cétacé qui nage actuellement très près de la surface devrait même être enduit d'une crème "à base d'oxyde de zinc" pour éviter les coups de soleil.

Le délai dont disposent les sauveteurs pour intervenir est très court compte-tenu de l'extrême maigreur et de l'extrême faiblesse de l'animal. Sa seule approche peut constituer un risque pour sa survie.

Environ 3.500 rorquals et quelques centaines de cachalots vivent en Méditerranée.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt


Publié dans Animaux en danger

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Je lis et suis avec intérêt tout ce qui touche ce petit mammifère. Aujourd'hui je n'ai qu'un seul voeux: qu'il s'endorme paisiblement quelque part dans la mer en tout tranquilité. Je crois que si il y avait vraiment eu le désir de le sauver, les équipes de sauvetage seraient parvenus à laisser la foule sur le rivage... Je crois ...
Répondre