Indes : des hordes de singes sauvages attaquent New Delhi

Publié le par Adriana Evangelizt

Les animaux devraient faire pareil en Europe... toutes les poules, canards, vaches, veaux, cochons traités avec tant d'irrespect devraient s'unir contre  les humains. On les aiderait, sans problèmes...

Indes : des hordes de singes sauvages attaquent New Delhi

Des singes dans un parc de New-Dehli le 12 novembre 2007

Photo Manpreet Romana

New Delhi est secouée depuis quelques jours par des attaques de hordes de singes sauvages qui ont déjà provoqué la mort du maire adjoint de la capitale indienne et fait des dizaines de blessés, mais la municipalité est désarmée face à cette offensive simienne.


Les derniers incidents remontent au début de la semaine. Six personnes ont été mordues lundi dans un quartier défavorisé de New Delhi, tandis qu'en plein centre de la capitale fédérale un singe a réussi à s'introduire dans la résidence de Priyanka Gandhi, la fille de Sonia Gandhi, présidente du parti du Congrès au pouvoir en Inde.


Au cours du week-end dernier, une femme a été grièvement blessée et une vingtaine d'autres personnes ont été soignées dans l'est de Delhi pour des morsures de singes.


Les assaillants n'étaient autres que trois ou quatre macaques particulièrement agressifs, a révélé à l'AFP le commissaire adjoint de la police de New Delhi, Jaspal Singh.


"Des spécialistes de la faune sauvage tentent de les retrouver parce qu'en tant que policiers, nous ne sommes pas vraiment experts pour nous occuper de singes. On peut gérer des cas de taureaux devenus fous, mais les singes, c'est un peu plus difficile", explique-t-il.

Depuis des décennies, environ 35.000 vaches et buffles sacrés se promènent en toute liberté dans les rues de Delhi, aux côtés de milliers de chiens errants et de 10.000 à 20.000 singes sauvages.

Ces simiens envahissent régulièrement les ministères, les tribunaux, les commissariats de police ou les hôpitaux et sèment parfois la panique dans des quartiers d'habitations, souvent en quête de nourriture.

Intégrés au paysage urbain, le plus souvent pacifiques, ces primates n'en ont pas moins provoqué fin octobre la mort du maire adjoint de la ville. Sawinder Singh Bajwa, 52 ans, a fait une chute mortelle depuis la terrasse de son domicile en tentant d'échapper à quatre macaques.

Depuis, le maire de New Delhi reconnaît que la bataille contre les singes sauvages est perdue d'avance. "Nous n'avons ni l'expertise, ni les infrastructures" pour les capturer et les domestiquer, déplore Aarti Mehra.

Des macaques à New-Dehli

Photo Manpreet Romana

 

Mardi, un singe impliqué dans l'attaque de la veille a quand même été attrapé et jeté dans une cage. La municipalité de Delhi a alloué un budget de dix millions de roupies (250.000 dollar) pour capturer les animaux et les rassembler dans un refuge en banlieue.

Pour lutter contre les primates, le ministère de la Défense avait introduit il y a quelques années une autre race particulièrement féroce, les langurs, dressés pour mettre hors d'état de nuire les macaques. Plusieurs quartiers résidentiels ont également déposé en 2001 des pétitions auprès des tribunaux pour faire de New Delhi une ville "sans singes".

Mais tuer des singes est interdit pour les hindous qui vénèrent Hanuman un dieu-singe qui symbolise la force.

Pas de solution non plus du côté des Etats indiens limitrophes du territoire de la capitale fédérale: l'Haryana, le Pendjab ou l'Uttar-Pradesh refusent d'accueillir les macaques dans leurs forêts, redoutant que ces "singes des villes" ne terrorisent leurs congénères des campagnes et déciment les cultures.

En tout cas, pour Kartick Satyanarayanan, directeur de l'association "SOS faune sauvage", l'agressivité des macaques de New Delhi s'explique par l'urbanisation rapide de la mégalopole indienne et la destruction de leurs habitats naturels.

"Les humains leur prennent tout leur espace", regrette l'écologiste.

Sources Linternaute

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Animaux en danger

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article