Au Groenland, la glace fond, la terre tremble

Publié le par Adriana Evangelizt

Alors bien évidemment, suite à ce que nous avons dit ICI, la thèse du réchauffement climatique dû à l'activité humaine ou même à la pollution ne tient plus la route. Tout le monde se fourvoie, y compris les scientifiques. Comme vous le constaterez en vous rendant dans la catégorie Réchauffement climatique de ce blog, le réchauffement s'effectue sur toute la planète. A quoi est-il dû ? Et c'est là qu'il faut se pencher sur le passé de notre terre, sur ces civilisations et enfin et sur ce que nous ont laissés sur divers monuments et tables de pierre, CEUX QUI SAVAIENT. Ils nous ont laissé des symboles qu'utilisent encore aujourd'hui ceux qui savent mais qui ne disent rien aux Peuples... préférant leur faire croire qu'un Dieu existe plutôt que de révéler la Vérité. A savoir que le seul Dieu qui régit notre terre, c'est le SOLEIL. A tout de suite pour la suite de la Révélation..

Au Groenland, la glace fond, la terre tremble

2 février

 

Parmi les conséquences inattendues du réchauffement, des séismes touchent le Groenland à mesure que les glaciers fondent.


par Paul Brown for The Guardian

Au Groenland, la calotte glaciaire fond à une telle rapidité que les blocs de glace de plusieurs kilomètres cubes qui s’en détachent provoquent des tremblements de terre. Des scientifiques qui surveillaient la zone pendant l’été 2007 ont déclaré que l’accélération de la fonte des glaces pourrait être catastrophique en termes d’élévation du niveau de la mer et que les estimations faites en février par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) étaient largement dépassées.

Le fjord d’Ilulissat, d’où se serait détaché l’iceberg qui a coulé le Titanic, fond désormais trois fois plus vite qu’il y a dix ans. “Nous assistons à une accélération massive de la vitesse de déplacement de ces glaciers vers la mer. La glace se déplace à une allure de 2 mètres par heure sur un front de 5 kilomètres de long et 1 500 mètres de profondeur. Cela signifie que ce glacier déverse en un an assez d’eau douce dans la mer pour subvenir aux besoins d’une ville de la taille de Londres”, explique Robert Corell, président de l’Arctic Climate Impact Assessment (ACIA, Etude sur l’impact du climat dans l’Arctique).

Le professeur Corell, directeur du programme sur le réchauffement climatique au centre Heinz à Washington, avance que les estimations de l’élévation du niveau de la mer, dans le rapport du GIEC, se fondaient sur des données vieilles de deux ans. Le groupe d’experts prévoyait une élévation du niveau des mers comprise entre 20 et 60 centimètres pour le siècle à venir. En réalité, les prévisions les plus pessimistes semblent être de mise, certains spécialistes avançant même le chiffre de 2 mètres, ce qui serait une véritable catastrophe pour les côtes européennes.

Après avoir survolé le glacier d’Ilulissat, Robert Corell a déclaré avoir vu “de gigantesques trous à travers lesquels se déversent des quantités d’eau. La première fois que je suis venu sur ce glacier, dans les années 1960, il n’y en avait pas un seul. Aujourd’hui, ces trous, que nous appelons ‘moulins’, atteignent 10 à 15 mètres de diamètre et sont partout. Il y en a des centaines.” La glace fondue s’accumule sous le glacier, formant un grand lac de 500 mètres de profondeur, ce qui permet au glacier de “flotter au-dessus de la terre. Ces rivières de glace fondue agissent comme un lubrifiant sur le glacier, c’est comme enduire une surface d’huile et la faire glisser sur l’eau. L’accélération qui en résulte est très impressionnante et potentiellement catastrophique.” Le glacier se déplace actuellement au rythme de 15 kilomètres par an, avec quelques pointes de vitesse. Un jour, Corell a mesuré que le glacier avait parcouru 5 kilomètres en quatre-vingt-dix minutes, un évènement extraordinaire.

Veli Kallio, un scientifique finlandais, explique que les secousses sont liées au détachement de blocs de glace soudés à la roche depuis des centaines d’années. Ces tremblements de terre sont de faible magnitude – de 1 à 3 sur l’échelle de Richter – mais ils étaient inconnus dans le nord-ouest du Groenland et pourraient faire s’effondrer l’ensemble de la calotte glaciaire. Selon le professeur Corell, “ces tremblements de terre ne sont pas dangereux en eux-mêmes mais leur existence démontre que le réchauffement climatique est beaucoup plus rapide que tout ce que nous avions pu prévoir”.

Sources Altermonde sans Frontières

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Catastrophes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article