Découverte d'une chauve-souris "sourde" de 52 millions d'années

Publié le par Adriana Evangelizt

 

 

Découverte d'une chauve-souris "sourde" de 52 millions d'années

 

 

Les restes fossiles quasi complets de la plus ancienne chauve-souris connue à ce jour et dépourvue du "sonar" qui caractérise les espèces actuelles, ont été mis au jour aux Etats-Unis, annonce la revue Nature de jeudi.

Ce mammifère volant a été trouvé par une équipe scientifique américano-canadienne dirigée par Nancy Simmons, de l'American Museum of Natural History de New York, dans des couches géologiques de Green River, datées de 52,5 millions d'années, dans l'Etat du Wyoming (ouest des Etats-Unis).

Si l'anatomie des deux squelettes déterrés montre que cette chauve-souris primitive, qui a reçu le nom scientifique d'Onychonycteris finneyi, était capable, comme ses lointains descendants d'aujourd'hui, du vol battu, la morphologie de son oreille interne indique qu'elle ne pouvait avoir recours à l'écholocation.

Toutes les chauves-souris insectivores d'aujourd'hui se servent de cette technique qui consiste à émettre et capter des ultrasons pour éviter les obstacles et localiser les proies, constituées essentiellement d'insectes. Pour leur quasi-totalité, il s'agit d'une capacité vitale puisque ces mammifères volants sont généralement nocturnes ou vivent dans l'obscurité des grottes.

Chez les espèces qui mangent des fruits et sont actives de jour, cette aptitude est moins développée, car ces animaux ont besoin surtout de la vue et de la capacité de reconnaissance des couleurs.

Selon Nancy Simmons et ses collègues, la doyenne des chauves-souris du Wyoming était sourde aux ultrasons, tout en présentant une denture adaptée plutôt à la consommation d'insectes.

Cette espèce, commente l'un des co-auteurs de l'étude, le Canadien Kevin Seymour (Royal Ontario Museum, Toronto), interrogé par l'AFP, "devait donc avoir recours à la vision pour trouver de la nourriture et ne pouvait s'alimenter la nuit. A moins d'être dotée, en l'absence de l'écholocation, d'un autre mode de détection des proies."

Si elle ne répond pas à cette dernière question, la découverte d'Onychonycteris clôt un débat entamé dans les années 1960 sur la nécessité ou non de l'écholocation comme condition préalable à l'apparition du vol chez ces mammifères.

Une autre chauve-souris à peine plus récente (50 millions d'années) et déjà pourvue des capacités d'écholocation, Icaronycteris index, trouvée alors dans la même région des Etats-Unis, penchait en faveur de ce mode de comportement.

Le dernier fossile, concluent les chercheurs, est un intermédiaire possible entre les chauves-souris et leur ancêtre non-volant. Ses membres indiquent que, tout en pouvant voler, ce mammifère était un grimpeur agile, capable également de marcher à quatre pattes au sol et de se suspendre à l'aide de ses puissantes griffes.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Animaux prehistoriques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article