Incendies de pâtures: Buenos Aires toujours plongée dans une épaisse fumée

Publié le par Adriana Evangelizt



Incendies de pâtures: Buenos Aires toujours plongée dans une épaisse fumée

 

Buenos Aires était toujours plongée vendredi dans une épaisse fumée, dégagée par l'incendie de milliers d'hectares de pâtures agricoles, qui a provoqué la fermeture de routes et de l'un des aéroports intérieurs de la capitale argentine.

Un fonctionnaire du secrétariat d'Etat à l'Environnement, Sergio Rusak, responsable de la lutte contre les incendies de forêts, a indiqué que cet incendie, qui s'est propagé très vite en raison de la sécheresse, ne pourrait pas être éteint mais que ses services s'efforçaient de le contenir dans l'attente de nouvelles conditions météorologiques.

Or, les services météorologiques argentins ne prévoient aucun changement avant mardi, avec des vents de secteur nord poussant la fumée vers la capitale argentine.

L'aéroport Aeroparque de Buenos Aires, qui assure les liaisons intérieures, a été totalement fermé vendredi matin en raison d'une visibilité réduite à moins de cent mètres, selon l'un des responsables des opérations de l'aéroport, interrogé par une radio argentine. L'aéroport avait déjà été partiellement fermé jeudi pour les mêmes raisons.

L'aéroport international de Buenos Aires, situé plus au sud, fonctionnait en revanche de manière normale vendredi, selon le tableau des vols en temps réel donné par son site internet.

La préfecture navale (police maritime) a également décidé de fermer le port de Buenos Aires, faute de visibilité.

L'incendie, qui a débuté il y a plusieurs jours, s'est étendu à quelques 70.000 hectares de pâtures dans la zone du delta du fleuve Parana, au nord de Buenos Aires, avait affirmé jeudi devant la presse le ministre de l'Intérieur Florencio Randazzo.

M. Randazzo a accusé les éleveurs de bétail d'être à l'origine des incendies, ajoutant qu'ils seraient poursuivis par la justice. Plusieurs organisations agricoles ont toutefois démenti ces accusations, assurant que la sécheresse était responsable de cet incendie.

Cette fumée épaisse, que les autorités assurent non toxique, a contraint le gouvernement à ordonner à nouveau vendredi la fermeture d'importants axes routiers vers Buenos Aires, où des carambolages meurtriers avaient eu lieu la semaine dernière et mercredi, causant la mort de neuf personnes et des dizaines de blessés.

Sources Voila

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Catastrophes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article