Quand un volcan islandais remet en cause tout un mode de développement

Publié le par Adriana Evangelizt

Je ne pose ici que cet article venant du blog Apocalypsis pour ne pas faire de doublons. Voyez certains titres...

 

 

Séisme en Afghanistan et révélations sur nos Ancêtres

 

Video : Quelque chose nous observe

 

Pourquoi les compagnies aériennes se sentent-elles si penaudes ?

 

 

------------------------------

 

Voilà un article qui parle un peu de ce que j'ai développé ICI. Les limites réelles de notre technologie. Assurément, les "primitifs" doivent beaucoup rigoler de ceux qui du haut de leur "grande science" se croient très évolués. La moindre fumerolle volcanique et hop, tout le bel édifice s'écroule. Et ce n'est que le commencement d'un processus qui va atteindre des niveaux inimaginables pour ceux croyant que tout était acquis. Lorsque la Terre -avec le Soleil- va vraiment débuter ses festivités, pour donner naissance à son monde nouveau, vous aller voir à quoi va nous servir toute la technologie dont on nous rabat les oreilles à longueur de journée. On pourra remercier les technologues et technocrates pour leurs grandes inventions qui vont nous propulser dans un âge des ténèbres sans précédent. Notamment en ce qui concerne les "communications". Profitons du Net parce que bientôt, nous allons être obligés de nous en passer par force. Tout comme des avions, des trains, des voitures. Les embarcations flottantes serviront encore un peu avant que tout soit hasbeen. Il en sera de même pour l'électricité. Ils sont beaux nos pylones, n'est-ce pas ? Valent-ils l'énergie libre utilisée par nos illustres Ancêtres ? Alors comment ferons-nous pour communiquer, sur de grandes distances, lorsqu'il n'y aura plus rien ? Les pigeons-voyageurs ? Ou la télépathie ? Il faut réfléchir et ne compter que sur nous. Car nous nous sommes laissés prendre en charge par les technocrates, mal nous en a pris. La vraie vie est la vie des peuples premiers. Et je répète qu'il faut commencer par s'y habituer...

 

 

 

 

 

Quand un volcan islandais remet en cause tout un mode de développement

 

 

Le nuage de cendres du volcan Eyjafjöll met en exergue la grande vulnérabilité de notre société ainsi que sa dépendance à l'aviation, du fait du poids économique de ce secteur.

 

 

Par vidéoconférence, le plus souvent, tu te réuniras. Il aura donc fallu une éruption volcanique en Islande et son nuage de cendres, susceptibles de mettre en panne les réacteurs d'avion en plein vol, pour que les ministres des Transports de l'Union européenne appliquent lundi 19 avril l'une des règles d'or du parfait éco-citoyen.

Des transports moins carbonés tu utiliseras

L'éruption du volcan Eyjafjöll a rendu possible l'impossible : un report massif vers des transports moins carbonés - au moins au sein de l'Union européenne - faute de transports aériens.
Loueurs de voiture, trains, cars et liaisons maritimes vers l'Irlande ou la Corse sont pris d'assaut. La compagnie Brittany Ferries a vu son trafic vers l'Angleterre augmenter de 30 % au départ de Caen, Cherbourg, Saint-Malo et Roscoff. Les témoignages de passagers traversant l'Europe avec des moyens de transport alternatifs sont légion. La Royal Navy a envoyé deux bâtiments militaires à Santander (nord de l'Espagne) pour rapatrier des Britanniques par la mer. Le temps d'un nuage de cendres dans le ciel européen, un autre rapport au temps est envisagé. Tout le monde n'a pas franchi le cap. Faute d'avion, le ministre chargé de la relance Patrick Devedjian a annulé un déplacement à Brest. L'aller-retour en train lui aurait pris 9 heures…

L'impact économique de l'éruption est indéniable. Représentant 3% en volume du commerce international de marchandises, le transport aérien en représente de 40 à 50% en valeur.
Voilà comment cinq jours d'immobilisation totale de l'aviation infligent à l'économie des dégâts pire que ceux du 11-Septembre. Les pertes se chiffrent à 140 millions par jour rien que pour les compagnies aériennes. Des millions d'emplois dépendent de l'aviation. ''En France, 15 emplois et plus gravitent autour de chaque emploi dépendant directement du secteur'', explique Jean Bresson, directeur des études et de la recherche à l'Ecole nationale de l'aviation civile (Enac).

Sans avion, la machine est grippée. ''Notre dépendance à l'aviation ne paraît pas forcément évidente, relève Jean Bresson. Pourtant, sans avions, on ne peut pas imaginer de mondialisation, ou de multinationales dont les cadres ne se verraient jamais, ni même de chaînes industrielles à flux tendu''. En un nuage de cendres, les mythes de l'hypermobilité, de l'instantanéité et du citoyen du monde, s'effondrent. Après toute une série d'échecs environnementaux - Copenhague, Cites -, un ''petit'' volcan islandais donne une leçon d'humilité. A ce titre, l'impact sur l'imaginaire collectif du volcan Eyjafjöll est au moins égal aux conséquences économiques.

Local tu achèteras

Surtout,
le phénomène Eyjafjöll révèle à quel point nos sociétés sont vulnérables, du fait de leur interdépendance. ''Les réseaux intriqués qui nous relient étroitement les uns aux autres (et sur lesquels circulent individus, produits, information, argent et énergie) amplifient et transmettent le moindre choc'', selon Thomas Homer-Dixon, professeur de sciences politiques à l'université de Toronto et cité par Courrier International en décembre 2008 dans un article consacré à la complexité croissante des civilisations. Le cas du Kenya est emblématique : moins de trois jours après l'éruption du nuage de cendres en Islande, les fermiers kenyans accusent des pertes de 1,3 millions de dollars par jour, licencient 5.000 employés, tandis que des tonnes de fleurs et légumes destinées à l'exportation européenne sont jetées, relève le Guardian.

Eyjafjöll est-il précurseur des limites d'un modèle économique ? ''Hormis des effets conjoncturels (accident, guerre…), je ne vois qu'une hausse importante des cours du pétrole ou une pénurie qui pourraient à ce point impacter le secteur aérien'', estime Jean Bresson. Tout comme la tempête Xynthia avait souligné en France les limites d'une urbanisation, l'éruption volcanique montre la limite d'un modèle de développement.

Victor Roux-Goeken

Sources Actus-Environnement

Commenter cet article