Tempête: au moins quinze morts en Espagne et en France

Publié le par Adriana Evangelizt

La photo ci-dessous est justement prise au Pyla, quartier huppé d'Arcachon. Là où Sarkozy venait en vacances. Il va sûrement y faire un saut aujourd'hui car il est ami avec le maire d'Arcachon. Sur tout le bassin, il y a des pins cassés partout, des tuiles, des poteaux tombés, un spectacle de cauchemar. Des antennes de télévision jonchaient la route lorsque je me suis hasardée à sortir hier matin très tôt. La tempête a débuté à 3h30 du matin. Cela a commencé par un bruit infernal, je me demandais ce qu'il se passait. Mes chats et la chienne tournaient comme des cibots et sautaient partout. J'ai voulu mettre un nez dehors et j'ai vu passer quelque chose que je n'ai pas pu indentifier. J'ai vite refermé la porte pensant fortement que le toit allait s'envoler. Et puis là hop ! Plus d'électricité. Dieu merci, j'ai les bougies à portée de main car j'ai commencé à faire comme si la catastrophe était déjà là depuis pas mal de temps. Je crois que nous n'en sommes plus loin...



Des pompiers tentent de dégager un arbre déraciné par la tempête sur une route près du Pyla, le 24 janvier 2009 photo : Patrick Bernard , AFP


Tempête: au moins quinze morts en Espagne et en France


Au moins quinze personnes sont mortes à la suite d'une tempête "exceptionnelle" qui balaie depuis vendredi soir le nord-est de l'Espagne et le sud-ouest de la France, perturbant le trafic aérien, routier et ferroviaire.Evènement



Dégâts dans une station-service à Narbonne, après le passage de la tempête, le 24 janvier 2009  photo : Pascal Pavani , AFP


A Sant Boi de Llobregat, près de Barcelone, en Catalogne, au moins quatre enfants ont été tués et neuf blessés samedi lors de l'effondrement d'un mur dans une installation sportive qui abritait de 20 à 30 jeunes.


Selon les médias espagnols, les enfants jouaient au base-ball et sont allés se mettre à l'abri à l'intérieur de l'édifice qui s'est effondré.


Un homme de 60 ans est mort samedi à Abrera, en Catalogne, tué par la chute d'un arbre.


Une femme de 52 ans est morte vendredi soir à Barcelone après avoir été écrasée par un mur de briques qu'elle longeait, ont annoncé les autorités.

Un mur d'un gymnase effondré après le passage de la tempête à Sant Boi de Llobregat près de Barcelone, le 24 janvier 2009  photo : Josep Lago , AFP


En Galice (nord-ouest), un sergent de la garde civile est mort à Burela après avoir été heurté par un arbre arraché alors qu'il réglait la circulation, a déclaré à l'AFP un porte-parole de la garde civile.


Dans la province d'Alicante (sud-est), un homme de 51 ans a été tué, écrasé par un mur, et un des six marins récupérés par un hélicoptère sur un cargo portugais en difficultés au large de la Galice est mort, selon les médias. Un employé municipal des parcs et jardins est aussi mort près de Barcelone, tandis qu'une femme est morte écrasée par une porte dans la province de Castille (nord).


En France, deux personnes sont mortes samedi, tuées à chaque fois par la chute d'un arbre sur leur véhicule. Un homme de 78 ans est également décédé, percuté par des débris volant entre sa maison et sa grange. Une femme de 78 ans qui était sous assistance respiratoire est décédée à son domicile à la suite d'une coupure de courant provoquée par la tempête.


Plusieurs personnes ont aussi été blessées dans des accidents de la route.


Quelque 14.000 habitants de la ville de Nucia, dans la province d'Alicante (sud-est), ont été évacués en raison d'un incendie de forêt déclenché apparemment par la chute d'un pylône électrique à cause des vents violents.

Au Pays Basque (nord), plusieurs dizaines de personnes ont dû être évacuées de leurs maisons après que le vent eut arraché les toits.



De multiples coupures d'électricité ont frappé des centaines de milliers d'usagers, selon les médias, dans plusieurs régions d'Espagne, au Pays Basque, en Aragon, en Galice, en Catalogne.


Les fortes rafales de vents entraînaient des retards et des annulations de vols dans les aéroports de Bilbao et Saint-Sébastien au Pays Basque, de Pampelune en Navarre, de Santander en Cantabrie, et d'Ibiza dans l'archipel méditerranéen des Baléares. Elles ont aussi affecté la circulation des trains, notamment ceux à grande vitesse reliant Madrid et Barcelone.


En France, les services météorologiques évoquaient une tempête d'une ampleur "peu commune" qui a battu une série de records du vent. Perpignan a essuyé à la mi-journée des pointes à 184 km/h.


Le président français Nicolas Sarkozy a annoncé qu'il se rendrait dimanche dans la région sinistrée.


Les violentes bourrasques ont provoqué des centaines d'interventions des pompiers essentiellement pour des chutes d'arbres et de pylônes électriques qui ont privé d'électricité 1,7 million de foyers.


Dans les Pyrénées, la plupart des stations de ski ont fermé en raison de risque d'avalanches.



Le dispositif d'alerte rouge, qui touchait samedi matin neuf départements en raison de la tempête qui a frappé le Sud-Ouest du pays, a été levé à 22H30 dans les Pyrénées-Orientales, dernier département concerné, qui repasse en "vigilance orange", a annoncé Météo France.


Un début de retour à la normale était constaté dans la nuit sur le réseau routier, la majorité des interdictions de circulation des poids lourds, des véhicules de transports de matières dangereuses et des véhicules de transports en commun ayant été levée.


Le principal point noir reste l'alimentation électrique dans le département dans les Pyrénées-Orientales, où 223.000 foyers étaient toujours privés de courant à la suite de la rupture de la ligne très haute tension (THT) de 400.000 volts qui alimente 90% de la population dont Perpignan.

 


Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Catastrophes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article