Histoire de l'Egypte ancienne 1ère partie

Publié le par Adriana Evangelizt

Histoire de l'Egypte ancienne

Datation des règnes de l'Egypte ancienne



La datation des règnes de l'Egypte ancienne relève d'une approximation plus ou moins grande en fonction de dynasties étudiées.

Les Egyptiens remettaient les compteurs à zéro chaque fois qu'un nouveau roi montait sur le trône et rapportaient les événements de son règne en fonction de ce point de départ. Dire qu'un événement s'est déroulé en l'an 10 du règne d'Aménophis III ne pose généralement pas de problèmes. Le replacer dans le cadre de notre calendrier actuel peut conduire à une approximation de plusieurs dizaines d'années ou centaines d'années selon les dynasties. L'ordre de succession des pharaons d'une même dynastie peut également être sujet à erreur. Les chiffres attribués aux pharaons qui portent le même nom constituent des repères d'origine récente. Les historiens disposent de plusieurs sources pour reconstituer l'histoire de l'Egypte ancienne.

La dalle en basalte noir de provenance inconnue, baptisée Pierre de Palerme car conservée pour l'essentiel au Musée de cette ville, reprend la liste des rois de Haute et de Basse Egypte de la période prédynastique jusqu'à la Vème dynastie. Elle évoque également certains événements marquants comme les fêtes religieuses, l'édification de temples, les expéditions, la hauteur de la crue du Nil... La plupart des noms des rois de la IIème dynastie ont disparu.

Les Tables de la Chambre des Ancêtres de Karnak, qui date du règne de Thoutmôsis III (XVIIIème dynastie), mentionne 61 noms. Elle est conservée Musée du Louvre.

Les Tables du temple funéraire de Séthi Ier à Abydos (XIXème dynastie) reprend 76 noms à partir de Ménès.

Les Tables du temple de Ramsès II à Abydos, liste fragmentaire est conservée au British Museum. La Liste de Saqqarah provenant de la tombe du scribe Tournaï, contemporain de Ramsès II, comporte 58 noms et se trouve au Musée du Caire.

Le Papyrus Royal de Turin daté du règne de Ramsès II, fort endommagé, a été découvert à Memphis. Il est conservé au Musée de Turin et comporte le nom de 300 rois depuis le règne des dieux jusqu'aux débuts de la XVIIIème dynastie ainsi que le nombre d'années de chaque règne.

Le travail réalisé par Manéthon, très imparfait, propose des listes de pharaons, classés par ordre de succession et répartis en trente et une dynasties, avec les durées de règnes et sommes des années. Ce prêtre de Sébennytos (l'actuelle Samanoud dans le Delta) avait reçu de Ptolémée II la mission de rédiger en grec une histoire de l'Egypte, de Ménès à la conquête macédonienne. Son oeuvre, Aegyptiaca, écrite en grec en 30 volumes, nous est parvenue de façon très fragmentaire à travers les écrits tardifs de Flavius Josèphe, historien d'origine juive du Ier siècle de notre ère et des chronographes chrétiens Sextus Julius l'Africain (début du IIIème siècle) et Eusèbe (début du IVème siècle).

Ces sources sont muettes sur la durée de certains règnes et incomplètes ou discordantes pour d'autres. L'existence de plusieurs règnes simultanés et d'interrègnes ne facilitent pas la cohérence historique. Les dates retenues dans ce site, parfois incohérentes entre elles, ne constituent que des approximations.


L'Egypte au temps de la préhistoire

Les premières traces de la présence de l'homme dans la vallée du Nil apparaissent dès le début de l'ère quaternaire. Les stades de civilisation sont identiques à ceux des peuples primitifs. Les pierres taillées de la période paléolithique et pierres polies de la période néolithique sont les témoins de la présence humaine durant ces époques. Quelques poteries apparaissent sur le tard. L'usage de l'or et du cuivre dans un premier temps, du bronze ensuite intervient à l'époque énéolithique ou chalcolithique. Le fer est beaucoup plus tardif.

Le travail des métaux dans la vallée du Nil, où habitait une population se rattachant au groupe hamitique (représenté aujourd'hui au Nord par les Berbères et au sud par les Somalis et les Gallas), coïncide avec l'arrivée d'une nouvelle race, probablement sémitique. Cette vague d'immigration serait venue par la mer Rouge et le désert oriental à la hauteur de Coptos, en provenance de la péninsule arabique, selon certaines hypothèses, ou bien de la Syrie en ayant traversé le désert palestino-sinaïtique selon d'autres. La fusion des deux races formera un peuple égyptien composé essentiellement d'agriculteurs installés le long des rives fertiles du Nil. Cette période est marquée par la naissance d'une l'écriture hiéroglyphique.

L'époque pré-dynastique

Les bases de la culture pharaoniques, tant sur le plan politique, artistique et religieux, sont établies au cours de la période comprise entre le septième et le quatrième millénaire avant Jésus-Christ. Quelques grandes étapes marquent cette période prédynastique. Elles tirent leur nom des sites où elles sont particulièrement attestées. On notera Badari, Amratien et Gerzéen (Nagada) dans la vallée du Nil et Merimde ainsi que Omari dans le Delta.

L'organisation progressive du pays au cours de la période prédynastisque s'opère sur la base de principautés aux nomes réunis pour l'essentiel en deux royaumes, celui du Nord (sans doute dominant culturellement) et celui de Sud. L'Egypte sera plus ou moins unifiée à l'issue de plusieurs conflits armés.

Civilisations du Sud

Epoque épipaléolithique

Nagada I ou Amratien ou Nagadien ancien

Nagada II ou Gerzéen ou Nagadien récent



Civilisations du Nord

Civilisation de Méadi

Civilisation d'Héliopolis


L'époque préthinite - la dynastie O

Période antérieure à 3185 avant Jésus-Christ

Dynastie 0

Nagada III
Période antérieure à 3185 avant Jésus-Christ

Les pharaons de la dynastie zéro sont ceux dont les tombes ont été retrouvées et qui sont antérieurs à la première dynastie.

Horus
Roi "au serekh" (sceau) surmonté de deux faucons (nom incomplet).

Ny-Hor
Lecture incertaine d'un sceau royal trouvé à Tarkhan.

Hat-Hor
Lecture incertaine d'un sceau royal trouvé à Tourah.

Iry-Ro
Lecture contestée par Heck en 1987.

Ka
Lecture contestée par Heck en 1987.

Scorpion


L'époque Thinite

Période allant d'environ de 3185 à 2790 avant Jésus-Christ

This est la capitale du pays (supposée proche d'Abydos ou de El-Kab), d'où le nom de thinite qui sera donné au deux premières dynasties.

La première dynastie instaure le pouvoir absolu en Egypte. Les rois des deux premières dynasties mettent en place les institutions pharaoniques et imposent Horus à la tête des divinités officielles égyptiennes. Narmer fondera la ville de Memphis qu'il entourera d'un immense mur blanc, digue pour la protéger des crues du Nil. Cette entreprise sera poursuivie par ses successeurs. On attribue à Narmer le partage du royaume du Delta du Nil en 16 Provinces, qu'il ajouta à ses 22 nomes ou Provinces de Haute-Egypte. Chaque nome étant administré par un gouverneur qui relevait de l'autorité directe de pharaon.

Aha, puis Djer, mènent des campagnes militaires contre la Nubie. La frontière entre les deux Etats se situe au niveau de la première cataracte. Une inscription trouvée à Wadi Halfa (au Sud de la première cataracte), atteste de la victoire de Djer sur la Nubie et de l'existence de cette nouvelle frontière.

Les pharaons consacreront beaucoup d'énergie pour défendre leurs frontières. A l'Est, Den devra notamment s'employer à plusieurs reprises pour protéger les ressources en minerai du Sinaï. Les campagnes à l'Ouest du pays permettront de repousser l'ennemi libyen.

La deuxième dynastie renforce les structures du pouvoir absolu pharaonique. Perisben transfère la capitale d'Abydos à Memphis. L'administration se met en place, aidée en cela par le développement rapide de l'écriture. Seth remplace Horus à la tête du panthéon égyptien alors que, dans le même temps, la divinisation du pharaon devient absolue. De ce fait, la religion occupe une place essentielle. Le civil et le sacré fusionnent et donnent naissance à des cérémonies uniques.

1ère dynastie

Période allant d'environ de 3185 à 2925 avant Jésus-Christ

Nom d'Horus : Narmer
Nom grec : Ménès
Période de règne approximative : 3185 à 3125 avant Jésus-Christ

De la première dynastie égyptienne, on retiendra essentiellement le règne de Narmer (vers 3150 avant Jésus-Christ), roi de la Haute-Egypte qui entrera en conflit avec celui de la Basse-Egypte, annexera son royaume et s'emparera de sa couronne rouge. This est la capitale du pays (supposée proche d'Abydos ou de El-Kab), d'où le nom de thinite qui sera donné au deux premières dynasties. Narmer fondera la ville de Memphis qu'il entourera d'un immense mur blanc, digue pour la protéger des crues du Nil. Cette entreprise sera poursuivie par ses successeurs. On attribue à Narmer le partage du royaume du Delta du Nil en 16 Provinces, qu'il ajouta à ses 22 nomes ou Provinces de Haute-Egypte. Chaque nome étant administré par un gouverneur qui relevait de l'autorité directe de pharaon.

Nom d'Horus : Aha
Nom grec : Athotis
Période de règne approximative : 3125 à 3100 avant Jésus-Christ

Nom d'Horus : Horus Djer
Nom grec : Athotis II
Période de règne approximative : 3100 à 3045 avant Jésus-Christ

Nom d'Horus : Ouadji-Djer
Nom grec : Kenkénès
Période de règne approximative : 3045 à 3035 avant Jésus-Christ

Nom d'Horus : Horus Den (Oudimou)
Nom grec : Ousaphaïs
Période de règne approximative : 3035 à 2980 avant Jésus-Christ

Horus Den-Ousaphaïs (l'Homme du désert) succède au long règne de son père Ouadji-Djer (le roi-serpent). Le sceau du roi Horus-Den fait apparaître le premier signe Ka représenté par deux bras levés vers le ciel en signe de prières. Il est le premier à ajouter à sa titulature le nom de "roi de Haute et de Basse-Egypte" (nysout-bity). Le pharaon entreprendra la construction d'un réseau de canaux d'irrigation et de réservoirs pour pallier à l'insuffisance de certaines crues annuelles du Nil responsables de sévères famines au temps de son père.

Le chantier sera poursuivi par ses successeurs. La paix en Haute-Egypte et en Basse-Egypte n'étant pas menacée, le roi mène plusieurs campagnes à l'extérieur des frontières pour soumettre au tribut les Asiatiques et les nomades du Sinaï. Les premiers, peuplades sémitiques occupaient les territoires du Liban Ouest, du Naharina, de la Syrie et des Cités-Etats du Nord de l'Euphrate dans le Croissant fertile. Les seconds menaçaient l'accès aux mines du Sinaï. L'Horus-Den organisera, en l'honneur de ses 30 années de règne, les grandes réjouissances du Sed.

Cette fête sera reprise par ses successeurs pour leurs 20 et 25 années de règne. Le peuple hébreu adoptera cette coutume en fêtant tous les cinquante ans une année dite du Jubilé au cours de laquelle les juifs redistribuaient une partie de leurs terres, abandonnaient certaines créances et libéraient des esclaves.

Nom d'Horus : Anedjib (Adjib)
Nom grec : Miébis
Période de règne approximative : 2980 à 2970 avant Jésus-Christ

Nom d'Horus : Horus Semerkhet
Nom grec : Semenpsès
Période de règne approximative : 2970 à 2960 avant Jésus-Christ

Nom d'Horus : Horus Ka (Qaâ)
Nom grec : Oubienthis
Période de règne approximative : 2960 à 2925 avant Jésus-Christ

Horus Ka confiera le pouvoir, pour des raisons inconnues, aux mains d'une nouvelle dynastie d'origine thinite originaire de la cité d'Abydos. Son règne marque, ainsi, la fin de la première dynastie. Le nom d'Horus Ka confirme l'existence d'une conception spirituelle de la fonction royale. Les deux hiéroglyphes du Ka et de l'Ankh ont été retrouvés sur une coupe de schiste de l'époque thinite de la première dynastie.


IIème dynastie

Période allant d'environ de 2925 à 2790 avant Jésus-Christ

La deuxième dynastie marque un renforcement d'un pouvoir absolu qui repose sur une organisation des pouvoirs centralisés et l'utilisation plus intensive de l'écriture. Memphis devient capitale du royaume sous Perisben. Les luttes contre les Nubiens ne connaissent pas de répit et le Nord est enfin pacifié.

La religion occupe une place essentielle. Seth est substitué à Horus comme divinité principale et le pharaon est dieu sur terre. Les cérémonies associent intimement le profane et le sacré, le politique et le religieux.

Nom d'Horus/Seth :Hotep - Sekhemouy
Nom Nesout-Bity : Hotep
Nom des Listes royales selon Gardiner : Bedjaou (Baou-Nefer)
Nom donné par la Liste de Manéthon : Boethos

L'Horus Hotep-Sekhemouy, originaire d'Abydos est le premier roi de la deuxième dynastie qui en comptera neuf. La traduction de ce nom signifierait "les Deux Puissants sont en paix". Le chroniqueur Manéthon lui donne le nom de Boethos et fait état d'un tremblement de terre violent qui aurait touché la région de Bubastis durant son règne, faisant de nombreuses victimes.

Le roi meurt après 38 ans de règne. Il sera enterré à Saqqarah dans une tombe de 120 mètres de longueur et 50 mètres de largeur, creusée dans le roc. Cet hypogée nous a livré des fragments de vases en pierre qui portent son serekh royal. Quelques exemplaires de ce serekh sont apparus, au XXème siècle, dans les souterrains de la pyramide à degrés du roi Djeser au Nord de Sakkarah.

Nom d'Horus/Seth : Nebrê (Raneb)
Nom Nesout-Bity : Noubnefer
Nom des Listes royales selon Gardiner : Kakaou
Nom donné par la Liste de Manéthon : Kaiechos

Nebrê - "Rê est (mon) maître" - est également enterré à Saqqarah.

Nom d'Horus/Seth : Nineter
Nom Nesout-Bity : Nineter
Nom des Listes royales selon Gardiner : Baneteren
Nom donné par la Liste de Manéthon : Binothris

Nineter - "celui qui appartient aux dieux" -, est également enterré à Saqqarah.

Nom Nesout-Bity : Ouneg
Nom des Listes royales selon Gardiner : Ouadjenes
Nom donné par la Liste de Manéthon : Tlas

Ouneg et Senedj ne sont guère connus que par les listes royales et des inscriptions sur vases provenant de la tombe de Djeser. Il se pourrait que leur pouvoir se soit limité à la région memphite.

Nom d'Horus/Seth : Senedj
Nom Nesout-Bity : Senedj
Nom des Listes royales selon Gardiner : Senedj
Nom donné par la Liste de Manéthon : Senethes

Ouneg et Senedj ne sont guère connus que par les listes royales et des inscriptions sur vases provenant de la tombe de Djeser. Il se pourrait que leur pouvoir se soit limité à la région memphite.

Nom d'Horus/Seth : Horus Sekhemib
Nom Nesout-Bity : Perenmaât
Nom des Listes royales selon Gardiner : Aka (Nebka)
Nom donné par la Liste de Manéthon : Chairos

Nom d'Horus/Seth : Seth Peribsen
Nom des Listes royales selon Gardiner : Neferkaré
Nom donné par la Liste de Manéthon : Neferkarès

Nom d'Horus/Seth : Horus Khasekhem
Nom des Listes royales selon Gardiner : Neferkaré-Sokar
Nom donné par la Liste de Manéthon : Sesochis

Ce dernier a été contemporain du roi Peribsen dont on connaît la sépulture à Abydos aménagée par son successeur local Sekhemib - "l'homme au coeur puissant". On peut supposer, à la lumière des ces éléments, que les relations entre les deux royaumes se sont détériorées vers la fin du règne de Nineter.

Nom d'Horus/Seth : Khasekhemouy
Nom Nesout-Bity : Nebouy Hotep-Imef
Nom des Listes royales selon Gardiner : Houdjefa 10 ans (Beby)
Nom donné par la Liste de Manéthon : Cheneres

Le pharaon Khasekhemouy - "les Deux Puissants sont couronnés" -, neuvième et dernier roi de la IIème dynastie, porte un nom composé de Khâ, également porté par le dernier pharaon de la première dynastie et de Sekhmouy, premier roi de la seconde dynastie. Il pourrait s'agir d'une allusion à la rencontre des deux puissances "Horus et Seth". Il semble que son règne ait connu une guerre civile entre les capitales des deux royaumes divisés sous les règnes précédents et que le pharaon soit à l'origine d'une nouvelle unification.

L'égyptologue Amélineau découvrira sa tombe, la plus grande d'Abydos, à la fin du XIXème siècle. De forme trapézoïdale et d'une longueur de 70 mètres, elle est creusée à une profondeur de 2 mètres. La chambre funéraire située au centre était entourée d'une cinquantaine de petites chambres et d'un grand appartement de huit pièces. Le nom de son épouse Ny-Hépet-Maât (le gouvernail appartient à Maât) mentionne l'existence de la grande déesse Maât, symbole de l'ordre cosmique universel. Membre du tribunal d'Osiris, elle fournit la plume posée sur la balance chargée de faire contrepoids à l'âme du défunt. Maât, en tant que déesse de la vérité, dirige le coeur du pharaon et de ses sujets. Son existence avant les réformes du Grand Imhotep prouve que l'Egypte avait élaboré certaines théories sur la vie dans l'Au-delà et la relation entre la conscience humaine et le droit d'accéder au paradis.

L'ancien Empire

La civilisation égyptienne commence sous la IIIème dynastie. La IVème sera celle des bâtisseurs des pyramides. La Vème dynastie, originaire d'Héliopolis, marque l'entrée de au sommet du panthéon égyptien.

la IIIème dynastie



Période allant d'environ de 2790 à 2694 avant Jésus-Christ

Nom d'Horus : Sanakht
Nom de la Liste d'Abydos : Nebka
Nom grec : Toureis
Période de règne approximative : 2790 à 2770 avant Jésus-Christ

Nom d'Horus : Djeser
Nom de la Liste d'Abydos : Djeser (Zoser)
Nom grec : Nécheréphés
Période de règne approximative : 2770 à 2730 avant Jésus-Christ

Le règne de Djeser inaugure une période de grand essor et l'apparition d'une architecture de pierre ambitieuse illustrée par l'imposant complexe de la pyramide à degrés de Saqqarah. Pour Sésostris II, Djeser est ancêtre le plus magnifique, le roi Sacré par excellence. Ce pharaon, habile et intelligent, va jouer un rôle important dans la place prise par le spirituel dans l'Egypte ancienne.

Rompant avec les traditions de ses prédécesseurs il abandonne son mastaba funéraire en construction près d'Abydos et fait construire la première pyramide, véritable complexe architectural entouré de murailles dont l'escalier doit permettre de conduire l'âme du roi au ciel pour se transformer en lumière. Représentant de dieu sur terre, il indique aux hommes  le chemin qui conduit à la vie éternelle par une renaissance après la mort. Le roi Djeser mènera plusieurs campagnes contre les Asiatiques (syriens, phéniciens et cananéens de l'époque) ainsi que contre les nomades du Sinaï afin de protéger l'accès aux mines. On a retrouvé des graffitis et son serekh à Ouadi Maghara.

Une stèle, trouvée dans l'île de Sehel située au Sud d'Assouan et attribuée sans certitude à Ptolémée V, évoque la famine qui a frappé l'Egypte en l'an 18 du règne du roi Djeser. Celle-ci durera 7 ans. Le pharaon fera appel au chef des prêtres Imhotep qui deviendra plus tard son Premier Ministre. Il lui enseignera que le Nil prenait naissance à Eléphantine sur le territoire consacré au dieu criocéphale Khnoum. Cette divinité, au corps d'homme et à la tête de bélier, est souvent représentée dans l'attitude d'un potier qui crée des créatures vivantes humaines avec de la terre. Khnoum apparaîtra alors en songe au pharaon et lui promettra des crues plus abondantes. Djeser publiera un décret qui rendra son culte obligatoire sur les terres entourant le Nil à partir d'Eléphantine jusqu'en Basse Nubie.

Certains considèrent cette version des faits comme un simple prétexte élaboré de toute pièce par le clergé d'Eléphantine pour justifier l'annexion de la Basse Nubie par l'armée de Djeser. La stèle retrouvée marquerait l'emplacement d'un ancien temple contenant des documents qui ont inspiré Ptolémée V dans la retranscription de cet événement sur cette fameuse stèle dite de la famine. Les inscriptions qui y figurent comptent parmi les rares écrits qui indiquent correctement les trois noms du roi Djeser correspondant aux trois listes d'Horus, de Nesoutbity et de Nebty. Ce monument cite également le nom d'Imhotep avec ses principaux titres : "Grand chancelier de Basse-Egypte, prince royal, grand prêtre d'Héliopolis, médecin royal, architecte et chef des principaux corps de construction des grands chantiers ..."

Les bases de la civilisation et le contexte politique vont permettre l'émergence d'un empire qui sera constitué progressivement à partir de cette période. La dynastie ne marque pas une rupture avec les précédentes. Elle cristallise la mise en culture de terres fertiles, l'instauration d'une religion, l'existence d'une langue unique et d'une écriture ainsi que la consolidation des frontières d'un territoire étendu et plus ou moins unifié pour donner naissance à une civilisation unique en son genre. L'architecte, sage et écrivain Imhotep figure parmi l'un des premiers grands noms de l'histoire de l'humanité. Memphis, capitale du royaume, remplace Abydos et exerce un pouvoir fort et centralisé sur les nomes ou provinces dirigées par des nomarques contrôlés par le pharaon.

Nom d'Horus : Sekhemhet
Nom de la Liste d'Abydos : Djéser Téti
Nom grec : Mésochris
Période de règne approximative : 2730 à 2724 avant Jésus-Christ

Nom d'Horus : Khaba
Nom de la Liste d'Abydos : Sedjès
Nom grec : Souphis
Période de règne approximative : 2724 à 2718 avant Jésus-Christ

Nom de la Liste d'Abydos : Néferka
Nom grec : Achès

Nom de la Liste d'Abydos : Hou (Houni)
Nom grec : Kerphérès
Période de règne approximative : 2718 à 2694 avant Jésus-Christ

 

Deuxième partie  

Sources Insecula

Posté par Adriana Evangelizt


Publié dans Egypte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article